Fiche de lecture le groupe et l'inconscient de didier anzieu

Disponible uniquement sur Etudier
  • Pages : 19 (4602 mots )
  • Téléchargement(s) : 0
  • Publié le : 6 mai 2011
Lire le document complet
Aperçu du document
Fiche de Lecture
Anzieu D., Le Groupe et l’Inconscient, L’imaginaire Groupal, Paris, DunodTD APG L3 S5
N’MEIL Célia
|

Choix du livre

J'ai pris le parti de lire cette œuvre de Didier Anzieu pour plusieurs raisons.
Pour justifier mon choix, je commencerai d'abord par dire en quoi le nom de l'auteur a m'a influencé pour ce faire, puis je m'intéresserai à la couverture qui n'est pasanodine en cela. Pour terminer, j'expliquerai en quoi il répond à une certaine « problématique » personnelle.
Premièrement, le nom de l'auteur ne m'était pas inconnu, puisqu'il a travaillé en étroite collaboration avec René Kaes : cela permettant donc de consolider les apports de ce dernier me concernant. Là n'est pas la seule raison qui m'a interpellée, la seconde étant que le titrecorrespondait exactement à ce que je cherchais ; en prime, un point de vue non pas psychosociologique, mais psychanalytique, ce qui m'apportait un éclairage nouveau concernant les processus psychiques traversant les groupes humains, si l'on excepte R. Kaes.
De même que le tableau a participé à cette décision (car j'aime analyser les images), en ce qu'il est réellement approprié au livre et à ce quele résumé nous promet, puisqu'il met en scène alternativement des hommes et des femmes (différence des sexes facteur d'angoisse), qui semblent ne faire qu'un par leur contact physique et le cercle unifiant qu'ils forment (unité groupale). Un message latent se délivre donc dans le tableau qui orne le livre, et qui n'est pas sans rappeler l'inconscient qui va être le vecteur de la dynamique groupale(dynamique il y a, puisque la scène n'est pas figée).
Titre et auteur seuls, révélateurs d'une optique psychanalytique, ne m'ont pas poussée à cette lecture ; il ne s'agit là que de la couche superficielle.
En effet, je dirai que la perspective de lire un auteur dont on un autre a déjà fait allusion, dont il partage le point de vue et que l'on a lu, apporte d'abord une certaine sécuritéface à un objet presque familier. Ensuite, lorsqu'on lit le résumé figurant sur la quatrième de couverture, ainsi que le sommaire, nous pouvons voir qu'une analogie est établie entre le rêve et le groupe ; or, le rêve étant un sujet pour lequel j'ai toujours porté un intérêt, ce parallèle entre ces deux concepts m'a intriguée.
Pour finir, l'une des cause, et pas la moindre, qui explique pourquoicet ouvrage a eu ma préférence, est qu'il se rapporte à un élément de ma personnalité que j'aimerais comprendre pour mieux appréhender : celui de l'appréhension quant à la prise en parole en groupe.

Critique

En observant les personnes dans le métro, je me suis souvent questionnée sur leur promptitude à éviter le contact visuel des inconnus.
La corrélation établie par Anzieu entre le regardet la bouche m’a permis de comprendre qu’ils avaient en réalité peur d’être « dévorés ».

Par contre, lorsque qu’Anzieu émet une critique, page 87 (édition Dunod) de la « disposition spatiale des participants en cercle », il délaisse alors l’apport de la psycho gestuelle, qui s’est notamment intéressée à l’influence du cadre et de la posture dans les relations interpersonnelles. Ainsi, on yapprend que si deux personnes sont mises en vis-à-vis, l’une en face de l’autre, il s’agit d’une position compétitive-défensive qui ne favorise pas la coopération ; tandis que des rapports plus cordiaux sont possibles lorsque les participants sont disposés en table ronde, figure géométrique symbolisant universellement « l’unité et la force ».

Par ailleurs, Didier Anzieu reste assez elliptique surl’image de soi qui est mise en jeu lors de la prise de parole en groupe (ou en relation duelle, même). Il ne dit pas par exemple que des menaces identitaires mettent en danger les participants, qui vont utiliser des mécanismes de défense, tels que le clivage permettant de rejeter ce qui met à mal le groupe entier sur l’autre partie du groupe, considéré comme le mauvais objet ; ces mécanismes de...
tracking img