Fiche de lecture - le monde des villes

Disponible uniquement sur Etudier
  • Pages : 13 (3125 mots )
  • Téléchargement(s) : 0
  • Publié le : 9 décembre 2010
Lire le document complet
Aperçu du document
I/ Le conflit et ses origines

A/Les racines du génocide

1/Les origines de la division ethnique

Au début du XXe siècle, les colonisateurs belges croient percevoir une supériorité génétique des Tutsi sur des bases raciales et morphologiques. Selon eux, les Tutsi se distingueraient par leur intelligence et la finesse de leurs traits contrairement aux Hutu, qu'ils considèrent commeinférieurs. Les Belges qui héritèrent de cette colonie après la Première Guerre mondiale décident de se reposer sur les Tutsi pour leur administration coloniale, même dans le nord-ouest du Rwanda où régnait une monarchie dominée par des agriculteurs hutu, plus ou moins soumise à la dynastie royale d'éleveurs tutsi du reste du Rwanda.

Les Tutsi auront donc seuls accès aux études et à la gouvernance tandisque les Hutu et la petite composante des artisans Twa sont cantonnés aux activités subalternes habituelles d'une population africaine.

En 1931, une carte d'identité ethnique est mise en place par l'administration belge, indiquant le groupe auquel appartient le citoyen : tutsi, hutu ou twa.

La carte d'identité ethnique et la prétendue origine extérieure des Tutsi joueront un rôle essentiel àpartir de 1959 pour discriminer les Tutsi et justifier leur élimination du pays.

Les articles de la série génocide au Rwanda permettent de mieux cerner l'autorité initiale de la monarchie tutsi qui régnait sur le pays au moment de l'arrivée des colonisateurs allemands, puis la façon dont leurs successeurs belges ont figé la structure de la société rwandaise en l'organisant sur des rapportshiérarchiques raciaux évoqués ci-dessus. Au moment de l'indépendance, un renversement d'alliance s'opère contre les Tutsi entre les colonisateurs et les Hutu. Ce contexte explique l'animosité entre Hutu et Tutsi, mais l'existence du terme « ethnie » pour qualifier les deux composantes est dénoncée par certains ethnologues comme une construction historique. L'exil d'une partie des Tutsi vers les payslimitrophes en plusieurs vagues à partir de 1959 et leur désir de retour seront la source de la guerre civile qui éclatera en octobre 1990.

Au cours des années soixante plusieurs tentatives peu organisées de retour armé des exilés sont repoussées par le Rwanda et toujours ponctuées par des massacres de Tutsi restés au pays. Le premier massacre important des Tutsi au Rwanda a lieu en décembre1963. Entre 8 000 et 12 000 hommes, femmes et enfants sont massacrés. Les élèves et professeurs tutsis sont exclus des collèges rwandais. Des massacres ont lieu dans des établissements scolaires. Une nouvelle vague d'exil des Tutsi s'ensuit et Juvénal Habyarimana prend le pouvoir à la suite d'un coup d'État en juillet 1973.
Juvénal Habyarimana joue très habilement la carte de l'apaisement pourséduire les capitales européennes et notamment la France qui lui fournit un avion et un équipage dès 1974 et avec qui il passe des accords de coopération militaire pour la formation de la gendarmerie en 1975. Jusqu'à la fin des années 1980, le quota administratif qui limite l'accès des Tutsi aux services administratifs est cependant renforcé, mais certains hommes d'affaire Tutsi bénéficient d'unecertaine libéralité dans la mesure où le régime a besoin d'eux.
2/La préparation du massacre
La plupart des auteurs estiment que le génocide a pu être commis avec une telle rapidité parce que dans les années précédentes s'étaient mis en place à la fois un conditionnement des esprits et un encadrement serré du pays[].
Depuis 1959, une série de massacres dirigés contre les Tutsi s'était déjà déroulée.Des massacres à caractère génocidaire, furent dénoncés comme tel en 1993[]. En 1994, et ce depuis quelques années, une campagne médiatique stigmatisait les Tutsi.
Selon les historiens, journalistes, et enseignants de l’époque, ][][]il y avait un projet génocidaire datant d plusieurs années, et finalement exécuté par les extrémistes hutu de l'entourage du président Habyarimana. Selon cette...
tracking img