Fiche de lecture le pouvoir et la règle

Disponible uniquement sur Etudier
  • Pages : 29 (7072 mots )
  • Téléchargement(s) : 0
  • Publié le : 9 juin 2010
Lire le document complet
Aperçu du document
INTRODUCTION : organisation et action collective
 
Ce livre étudie l’approche stratégique de l’action collective. Il peut se comprendre comme une remise en question des approches classificatrices, des typologies substantives, des perspectives globalisantes, et des modélisations ex-ante dans l’étude de l’action collective, que celles-ci portent sur les formes organisationnelles, sur lesespaces d’action, sur les formes de rationalité, sur les modes de pouvoir ou les systèmes de domination. L’auteur banalise les organisations comme des espaces d’actions afin de montrer comment l’action collective pose le problème de l’intégration des comportements non spontanément convergents, et donc celui de la gestion des interdépendances des acteurs du champ considéré.
Le point de départ del’approche organisationnelle de l’action collective est l’idée que tout phénomène social peut être analysé comme le produit des comportements d’un ensemble d’acteurs qui sont liés entre eux par de l’interdépendance stratégique, et dont les interactions renvoyant les unes aux autres forment un système et obéissent à un ordre local. La dimension organisationnelle n’est en fait rien d’autre que l’ensembledes mécanismes empiriques par lesquels l’univers des rapports humains est stabilisé, et qui permettent de construire la coopération et la coordination indispensables entre les initiatives, les actions et les conduites des différents participants. La construction de cette coopération constitue le problème fondamental que doit résoudre l’organisation.
Cette approche organisationnelle comporte desimplications profondes sur trois points :
·                  Banaliser les organisations et les considérer comme des contextes d’action permet de dépasser l’opposition trop simpliste entre d’un côté l’étude des organisations et de l’autre l’analyse de l’action collective.
·                  La réflexion organisationnelle met l’accent sur le caractère radicalement indéterminé de l’action humaine,ce qui veut dire aussi le caractère irréductiblement politique et contingent du phénomène d’ordre qu’elle analyse.
·                  Devant la nature irréductiblement contingente du phénomène auquel elle s’intéresse, l’approche organisationnelle de l’action sociale ne peut que s’engager dans une analyse clinique de la réalité des relations, qui dans un contexte d’action spécifique se nouententre les acteurs concernés.
 
Pour expliquer cette approche l’auteur découpe son ouvrage en quatre grandes parties. Dans la première il s’ingénie à démonter la vision simpliste des théories de l’organisation. Puis dans la deuxième il traite la manière dont sont structurés ces espaces d’action. La partie suivante présente les prémisses essentielles de la problématique de l’action organisée.Enfin la dernière traite du travail de recherche et de l’utilisation des résultats dans l’action.
 
I] LE DEMONTAGE DE LA NOTION D’ORGANISATION
 
La notion d’organisation doit être englobée dans une perspective qui s’intéresse non pas à l’organisation en tant qu’objet social singulier, mais en tant que processus de construction d’un ordre local, donc en tant que modalité particulière maiscentrale et omniprésente de la construction de l’action collective des hommes. Pour arriver à cet élargissement il faut démontrer et mettre en pièce toutes les idées simplistes en circulation sur cet objet social. Cette déconstruction peut s’articuler autour de trois dimensions.
 
A) La relativisation de la rationalité
 
La théorie de l’organisation a évolué vers un homme plus complexe. PourTaylor, chaque agent répond de façon stéréotypée aux changements des conditions physiques de son environnement en recherchant la maximisation de ses gains. Puis Roethlisberger et Dickson en 1939 avec le mouvement des relations humaines mettent en évidence l’importance des sentiments, des facteurs affectifs et psychologiques. Ceux–ci restent prisonniers de la vision taylorienne d’un individu...
tracking img