Fiche de lecture - les druides

Disponible uniquement sur Etudier
  • Pages : 8 (1807 mots )
  • Téléchargement(s) : 0
  • Publié le : 19 avril 2011
Lire le document complet
Aperçu du document
Fiche de lecture

Sur Les druides. Des philosophes chez les Barbares.

I) L’auteur :
(Jean-Louis Brunaux)

Fils de garagiste, Jean-Louis Brunaux est né en 1953 à Lachelle dans l’Oise. En 1968 il correspond avec Roger Agache, pionnier de l’archéologie aérienne.

(Roger Agache à bord d’un avion, photographie le sol : c’est l’archéologie aérienne)

C’est à l’âge de 22 ans,en tant qu’amateur, en se promenant non loin de chez lui, dans un champ labouré qu’il trouve des tessons qui l’amèneront à la découverte d’un sanctuaire gaulois. De 1975 à 1984, il fouille le sanctuaire et l'oppidum de Gournay-sur-Aronde dans l’Oise. En 1984 il entre au Centre National de la Recherche Scientifique (C.N.R.S.), rattaché au laboratoire d’archéologie de l’Ecole Normale supérieure(E.N.S.). Ce spécialiste de la civilisation gauloise dirige de nombreuses fouilles en Picardie, à Gournay-sur-Aronde, Saint-Maur, La Chaussée-Tirancourt et Montmartin. Il est directeur du centre archéologique départementale de la Somme et depuis 1990 dirige la fouille de Ribemont-sur-Ancre.

(Site archéologique de Ribemont-sur-Ancre, vue aérienne et dessin archéologique)



Ilréalise de nombreux ouvrages sur les gaulois tels que : Les religions gauloises, Éditions Errance, Paris, 2000 ; Guerres et religions en Gaule, Errance, Paris, 2004 ou encore Les druides. Des philosophes chez les Barbares, Seuil, Paris, 2006. Ce proche de Christian Goudineau, à la formation de sociologue, n'hésite pas à remettre en question les dogmes et les idées reçues. Il démolit quelques datations ouattributions canoniques : ainsi du fameux chaudron de Gundestrup, reproduit dans tous les livres sur la religion gauloise. C’est avec une même audace qu’il s’attaque à un mythe bien encré dans la culture collective : les druides.

II) Le contexte historique :

Pour retrouver le contexte historique des druides il faut soulever une multitude de couches qui ont servi à la construction dumythe. Tout d’abord les druides sont des Gaulois. Les Gaulois sont une population des Celtes. Les Celtes sont une population d’Europe occidentale, difficile à délimiter et très hétérogène, situés à l’âge du fer (de -800 avant J.C. à notre ère). Les Gaulois quand à eux sont des Celtes que l’on peu plus préciser dans le temps, au second âge du fer (de -500 à notre ère). Ils s’étendent de la France à laBelgique, comprenant l’Allemagne cisrhénane, la Suisse et l’Italie transalpine actuelle. Ils possèdent une identité ethnique bien spécifique pour être démarqué des Celtes. Au même terme que les Étrusques au sein de l’empire romain. Il faut bien préciser que les Gaulois sont des Celtes mais pas l’inverse. Cette première erreur donner lieu à des amalgames et des créations de légendes (tel Merlindans les légendes Anglo-saxonnes).
Les druides sont pourtant bien réels. Nous les connaissons de part les récits fait sur eux par les Grecs en premiers, suivi par les Romains et par l’archéologie moderne. Les druides sont présents dès les premiers contacts avec les Grecs notamment lors de la fondation de Massalia (Marseille). Ils sont toujours là lors de la fulgurante expansion de l’empire romainet de la conquête de la Gaule par Jules César de -58 à -50 avant J.C. S’en suit une « romanisation » dans laquelle le druide n’a plus sa place. Leur influence diminue fur et à mesure jusqu’à les faires disparaître.

(Carte de la Gaule et des peuples Gaulois avec les départements actuels)

III) Résumé de l’œuvre :

En premier lieu nous avons la vision Grecque du druide. Ceux-ci, lespremiers à les évoquer, sont curieux et s’intéressent aux « barbares » ses peuples qui ne parlent et ne se sentent pas Grecs. Celui qui fait la première description des druides se nomme Posidonios. Avec le déclin des Grecs nous arrive le point de vue de la nouvelle civilisation qui dominante : les Romains. Ceux-ci ont un point de vue supérieur avec une forte connotation politique. Ils sont deux à...
tracking img