Fiche de lecture pierre hadot

Disponible uniquement sur Etudier
  • Pages : 3 (605 mots )
  • Téléchargement(s) : 0
  • Publié le : 20 octobre 2009
Lire le document complet
Aperçu du document
Antoine HARMAND TES Lundi 19 octobre 2009

Fiche de lecture

Pierre Hadot, « Qu’est-ce que la Philosophie Antique ? »

Qu’est-ce que la philosophie antique ?, est un livre écrit parPierre Hadot, philosophe et historien français (né en 1922) édité en 1995. Monsieur Hadot s’adonne beaucoup à la philosophie antique ; en effet c’est son deuxième ouvrage traitant de la philosophie grecque(le premier s’intitulant Exercices spirituels et philosophie antique). Pierre Hadot se focalise plus particulièrement sur les rapports entre la chrétienté et l’hellénisme (étude de la civilisationgrecque antique)

Il parle dans ce livre, en premier lieu, de la philosophie avant la philosophie, les premiers penseurs grecs qui firent naître la philosophie au début du VI ème siècle avant notreère et montrèrent alors les différences entre la philosophie actuelle et celle de la Grèce antique. Cette Philosophie avant la philosophie regroupe plusieurs « courants », groupes de penseurs pionniersde la philosophie, la Paideia : l’éducation des jeunes gens nobles, les sophistes du Vème siècle : groupe d’enseignant, de penseurs qui apprennent l’art, la maîtrise du langage.
Dans un deuxièmetemps, Hadot traite de l’apparition, de la notion de philosopher, au départ en Grèce, les mots commençant par Philo désignaient les gens qui trouvaient un intérêt à leur raison de vivre : par exemplephilo-posia désignait celui qui prenait plaisir à boire. Philo-sophia est donc celui qui prend plaisir à réfléchir, celui qui aime la sagesse.
Cette façon d’être, c’est alors propagée d’une manièrephénoménale à Athènes.
Une fois le mot philosophie né (Philo-sophia en grec) de nombreux penseurs se font connaître tel que Socrate qui a beaucoup influencé la définition du Philosophe. C’est ce dontparle Pierre Hadot dans une troisième partie, traitant du non savoir socratique et la critique du savoir sophistique mais aussi de la valeur absolue de l’intention morale : le savoir de Socrate. A...
tracking img