Fiche de lecture " sociologie de la mode "

Disponible uniquement sur Etudier
  • Pages : 7 (1539 mots )
  • Téléchargement(s) : 0
  • Publié le : 20 décembre 2011
Lire le document complet
Aperçu du document
Fiche de lecture

MONNEYON Frédéric, La sociologie de la mode, Que sais-je?, PUF, Paris, 2006, 124 pages

Présentation de l'auteur:

Frédéric Monneyron est né dans le XVIIe arrondissement de Paris le 25 mars 1954.
Docteur d'Etat en science politique et docteur d'Etat ès lettres et sciences humaines , il est professeur de littérature générale et comparée à l'Université de Perpignan-ViaDomitia. Il est auteur de nombreux ouvrages tels que La frivolité essentielle. Du vêtement et de la mode, Métaphysique de la mode... Ses recherches s'inscrivent dans le cadre d'une sociologie de l'imaginaire et se donnent pour objet d'étude la sexualité et les relations entre les sexes, le vêtement et la mode d'une part, la nation et la race d'autre part. Il publie en 2010 une nouvelle édition de lasociologie de la mode.

Genre de l'ouvrage: essai

Dans cette œuvre l’auteur s’interroge sur l’influence de l’évolution de la société
sur le phénomène de la mode. Il répond à ses problématiques en élaborant un plan basé sur l’évolution dans le temps. Il y a trois grandes parties segmentées en trois chapitres chacune. Il commence par la naissance du phénomène de mode avec laquelle il fait sapremière partie en incluant les visions de différents écrivains, journalistes, sociologues et économistes afin de nous présenter en quoi consistait la mode dans ses début et dans quel contexte elle est née. Dans la seconde partie l’auteur s’axe plus particulièrement sur le développement de ce nouveau phénomène social en faisant appel à son esprit sociologique qu’il applique sur la culture puisplus précisément sur la mode, avec des travaux de différents sociologues tels que Bourdieu et Yonnet. Reconsidérations, c’est le titre de sa troisième partie dans laquelle il développe l’idée que la mode française se fait influencer par un courant
littéraire, l’exotisme. Cette dernière partie clôt son ouvrage par le renforcement de
l’affirmation des femmes à travers la mode vestimentaire. L’auteurapporte donc des réponses en faveur des féministes et il ouvre une perspective qui serait que la mode peut influencer le comportement des gens jusqu’à en faire évoluer la société.

Introduction:
L'auteur utilise le terme de « plurivoque » pour désigner la mode. Selon lui, la mode est donc un phénomène social aux implications très diverses qui touche toutes les sociétés contemporaines.Premièrement, il parle de mode vestimentaire:
celle-ci a pour lui une place considérable dans la société puisque grâce à son économie, de très nombreux emplois sont créés.
Mais le vêtement est également un élément déterminant dans la constitution des identités individuelles, et c'est un marqueur social.

Deuxièmement, il parle de la mode en général:
elle s'insère dans presque tous les secteursd'activité humaine (arts décoratifs, littérature, musique, peinture, disciplines intellectuelles, scientifiques, politique) qui sont donc de ce fait soumis à l'effet de mode. Cette dernière décide donc des directions et orientations de ces secteurs d'activité.

Partie I: Naissances
Dans cette partie, l'auteur parle de la naissance de la mode et de l'insertion de celle-ci dans une société de plusen plus individualiste.
Tout d'abord, il cite Condercet pour définir le vêtement « signe qui sépare l'homme de l'animal ». Cette phrase basique parle de la mode comme un phénomène universel. Cela peut s'avérer vrai, dit Monneyron, si l'on prend en compte les civilisations indiennes et chinoises pour qui était importantes les parures. Cependant, l'auteur dit bien que la mode est une créationoccidentale. De ce fait, c'est un « phénomène social occidental récent ».
L'auteur compare les valeurs d'avant et celles d'aujourd'hui. Jadis, la valeur suprême étant la société en elle-même alors qu'à présent l'individu fait figure de valeur suprême. De ce fait il est logique que la mode s'impose au XIXème siècle, dans un contexte de société fondée sur l'individu. La révolution française est...
tracking img