Fiche de lecture "l'enfant et la vie familiale"

Disponible uniquement sur Etudier
  • Pages : 9 (2245 mots )
  • Téléchargement(s) : 0
  • Publié le : 4 avril 2011
Lire le document complet
Aperçu du document
L’enfant et la vie familiale sous l’Ancien Régime

L’enfant et la vie familiale sous l’Ancien Régime de Philippe Ariès est le seul livre novateur qui parle de l’enfance du Moyen-âge à l’époque moderne. Cet ouvrage fut publié en 1960, et il se classe dans la lignée des recherches sur l’histoire des mentalités. En effet, son auteur Philippe Ariès (1914-1984) est un historien français desdémographies et des mentalités. C’est en 1948, qu’il publie son premier ouvrage Histoire des populations françaises et de leur attitude devant la vie depuis le XVIIIe siècle , qui aborde de façon novatrice l’histoire de la démographie. Cet ouvrage est le pilier des recherches que va mené Philippe Ariès sur l’histoire des mentalités. Parmi ces recherches, il va principalement s’intéressé aux comportements,à l’enfance, à la mort au cours de l’histoire. Il est d’ailleurs le premier historien à s’intéresser à ce type de recherches. Il va publié de nombreux autres ouvrages tel que Essais sur l’histoire de la mort en Occident du Moyen-âge à nos jours (1975) ou encore L’homme devant la mort (1977). C’est sur ces différents travaux sur la mort mais également sur la sphère domestique ( Histoire de la vieprivée qui est publié après sa mort) que s’achève ses recherches.
Ce livre l’enfant et la vie familiale sous l’Ancien Régime marque un tournant majeur dans l’histoire des mentalités. Il est séparé en trois parties: le sentiment de l’enfance, la vie scolastique et la vie familiale. Il développe l’idée que l’enfant, considéré comme une personne à part entière distincte de l’adulte, est une idéerécente en Occident. En effet, la catégorie « enfance » à la fois comme sentiment et comme moment de la vie différent de l’âge adulte, est remis en question par Philippe Ariès. Pour celui-ci, l’enfant, en tant que tel, n’existait pas au Moyen-âge. Ce n’est qu’au XVI ème siècle que se serait développé le sentiment de l’enfance.
Nous pouvons alors nous demander comment était perçu l’enfant ainsi quela vie familiale sous l’Ancien Régime, c’est-à-dire du Moyen-âge à l’époque moderne. Tout d’abord, l’enfance était ignorée socialement , puisque l’enfant n’a pas de place sociale au Moyen-âge. Mais progressivement, le développement et la compréhension de l’enfance se sont installés. Puis, l’image de la famille s’est transformée avec le temps et s’est modernisée.

Au Moyen-âge, le sentiment del’enfance n’existait pas, mais cela veut pas dire qu’ils étaient abandonnés ou négligés. Il ne faut pas confondre sentiment de l’enfance et affection des enfants. En effet, on parle de sentiment de l’enfance en comparaison à « une conscience de la particularité enfantine » mais elle n’existait pas au Moyen-âge. Il n’y avait donc pas de différence entre l’enfant et l’adulte. Dès que possible et leplus tôt, l’enfant appartenait à la société d’adultes et était considéré, malgré qu’il soit encore jeune, comme un petit adulte. Le Moyen-âge n’avait aucune notion d’enfance, il ne savait pas ce que cela voulait dire ou même comment la représenter. L’enfant, dans les tableaux, était représenté comme des hommes mais miniaturisés, c’est-à-dire de la taille d’un enfant. Donc seule la taille pouvaitdifférencier les enfants des adultes. On pouvait voir sur des tableaux, des enfants à peine nés ou en bas âge représentés avec le corps d’un homme, c’est-à-dire avec des muscles ou des abdominaux. On peut alors constater que les peintres ne savaient pas à quoi pouvait ressembler un enfant, donc la représentation de l’enfance était inconnue au Moyen-âge.
L’enfance était méconnue, car elle intéressaitpeu. En effet, l’enfance était un passage sans grand intérêt, « une transition vite passée et dont on perdait aussi vite le souvenir ». Dès que l’enfant pouvait rester sans sa mère, il entrait dans la société des adultes. L’enfance était donc un passage court de la vie dont on ne pouvait garder des souvenirs. De plus, l’enfance était souvent associé à la puérilité, un mot assez négatif,...
tracking img