Fiche de lecture

Disponible uniquement sur Etudier
  • Pages : 3 (531 mots )
  • Téléchargement(s) : 0
  • Publié le : 28 mars 2011
Lire le document complet
Aperçu du document
De Erik Orsenna, de son véritable nom Erik Arnoult, est un romancier et académicien Français, né le 22 mars 1947 à paris. Son pseudonyme, Orsenna est tiré d’un roman de Julien Gracq.
Dans ce livrel’auteur se lance dans un voyage qui le mènera dans 7 pays différents sur plusieurs continents, il est à la recherche de coton et de sa place dans l’économie mondiale. « un précis de mondialisation ».Pour étudier le périple de l’auteur, il semble plus simple de classer ces étapes par pays parcouru.

Le mali:
Au mali il y a la CMDT qui est la plus grosse entreprise cotonnière de la planète. Cettecompagnie compte énormément pour le pays. Mais l’état ne subventionne pas cette compagnie contrairement aux entreprise occidentales.
De plus pour le mali la valeur de l’euro est un désavantage carsur le marché mondial l’euro est plus fort que le dollars.

Les États-Unis:
C’est la que se prenne les plus grandes décisions économiques pour le business du coton , notamment à Washington ou setrouve la banque mondiale.
Aux États-Unis le gouvernement entretient des liens étroits avec de grands groupes cotonniers.
Sur un plan naturel depuis les années 1900 on remarque que les insectess’attaquent au coton, d’où le développement d’insecticides, et par la suite la développement d’OGM.

Le Brésil:
Le brésil est un pays d’avenir, en 1972 Brasilia devient la capitale du brésil. La ville neva cesser de grandir avec l’arrivée de nombreux paysans, l’exode rurale. L’état privilège l’agro industrialisation, plutôt que les autres petites entreprises familiales qui représentent pourtant unegrande partie de l’emploi au brésil. Le cirad veut faire du coton une activité prioritaire. La déforestation qui en découle fait grand débat. Entre progrès et culture le brésil doit choisir.L’Egypte:
C’est en Egypte que se trouve le plus grand musée de coton au monde. En Egypte deux cultures s’opposent, d’une part les cultures vivrières et les cultures d’exportations.
Le coton d’Egypte...
tracking img