Fiche de lecture

Disponible uniquement sur Etudier
  • Pages : 6 (1370 mots )
  • Téléchargement(s) : 0
  • Publié le : 11 mai 2011
Lire le document complet
Aperçu du document
FICHE DE LECTURE

JACCARD Roland, La folie, Editions Presses Universitaires de France, Paris, collection «  Que sais-je ? », 1979, 7ème réédition en 2004, 127 pages

Présentation de l’auteur et de l’ouvrage :

Roland Jaccard, né en 1941 à Lausanne, Suisse, est docteur es « Sciences Sociales et Psychologie ». Essayiste, expert en nihilisme et grand admirateur de Devereux, Freud ou encoreNorbert Elias, il est chroniqueur au journal Le Monde depuis 1969. Il dirige également la collection « Perspectives Critiques » aux éditions Presses Universitaires de France. Il est l’auteur de plusieurs romans et essais, dont la Folie et le « que sais-je ? » sur Freud.

Résumé de l’œuvre :

La folie, présente dans toute société, est difficilement définissable et ne peut, par sa complexité, êtreréduite au terme de maladie.
Toutes les sociétés ont laissé dans l’histoire des traces de leurs fous. Dés l’Antiquité et jusqu’à la fin du Moyen Age, ils étaient visibles et présents, leurs folies étaient prétendues fait de forces obscures. Le fou fait alors partie du monde. Mais il est aussi l’expédient idéal, l’emblème des perturbations de la société : le fou, sorte de bouc émissaire, est alorspeu à peu banni, l’emprisonnement de l’individu dénoncé comme aliéné évitant au groupe de remettre en question ses choix, son ordre moral. Avec la pratique systématique de l’internement se développe aussi la psychiatrie peu à peu élevée au rang de science médicale. Mais de l’époque des Lumières à aujourd’hui, l’unique perspective du fou a été l’exclusion, seule solution de la société pourconserver sa tranquillité.
Si les symptômes de la folie diffèrent selon l’époque, ils diffèrent aussi géographiquement. L’éthnopsychiatrie tente d’étudier ces différences. Mais force est de constater que la psychiatrie occidentale n’est pas adaptée aux autres sociétés. Un comportement assimilé à de la folie dans une civilisation donnée sera perçu comme normal dans une autre. De plus, dans beaucoup desociétés primitives, il existe une dimension surnaturelle, qui donne une place à part au fou aboutissant non pas à l’exclusion comme dans les sociétés occidentales mais à l’investissement de toute la communauté. Chaque peuple a ses propres archétypes de folie, tels les malais et leur Amok. Cela s’explique par le fait que les manifestations de la folie ont un rôle et un sens propres à chaquesociété. La folie n’est pas toujours perçue comme une maladie mais peut apparaître comme une déviance de la société. Il est donc nécessaire aux ethnopsychiatres de se détacher de leur système de valeurs.
Les psychiatres, possesseurs de la parole, exercent un grand pouvoir sur les fous, d’autant plus que ces derniers présentent souvent des troubles de la communication. En tentant une catégorisation et uneappropriation scientifique de la folie, les psychiatres aboutissent à la dépersonnalisation du fou et à son exclusion de la société. De nombreuses critiques ont été formulées envers la classification psychiatrique, telle que la différence de diagnostic selon l’origine géographique du médecin ou l’origine sociale du patient. Cependant, le diagnostic psychiatrique peut être utile pour le patients’il n’a pas seule fonction d’étiquetage. En nommant un malade par sa maladie, on l’enferme dans ses symptômes, comme l’illustre l’expérience de Rosenham, professeur de psychologie. Il présenta des personnes « normales » avec de faux symptômes dans des hôpitaux psychiatriques. Il en résulta que presque tous furent reconnus schizophrènes et eurent la sensation d’une perte d’identité. Tous leurs actesfurent associés à des symptômes de la maladie. Comment ne pas remettre alors en cause l’institution psychiatrique ? Le sentiment d’abri dans un hôpital du malade mental, exclu par ailleurs de la société, cautionne cette institution.
Il existe trois théories majeures et inconciliables des soins aux fous. La première est la psychiatrie organiciste qui considère que la folie a une origine...
tracking img