Fiche de lecture

Disponible uniquement sur Etudier
  • Pages : 7 (1646 mots )
  • Téléchargement(s) : 0
  • Publié le : 2 juin 2011
Lire le document complet
Aperçu du document
Le livre que j’ai choisit de vous présenter s’intitule « Plus fort que la haine » de Tim Guénard. Cet ouvrage a été publié en mars 1999 par les éditions « Presses de la Renaissance » puis en 2000 par les éditions « J’ai Lu ».
Ce livre est une autobiographie de l’auteur, Tim Guénard, né en 1958, marié et père de quatre enfants et qui vit dans le sud ouest de la France. Il est éducateur,apiculteur, militant chrétien et fut tailleur de pierre à ses débuts. Ses autres romans s’intitulent « Tagueurs d’espérance » (dédicacé par Boris Cyrulnik qui le cite en tant qu’illustration du concept de résilience qui est la capacité d’un individu à surmonter un traumatisme). Il est également l’auteur de « Le combat de l’amour », « Quand le murmure » et « Le pardon qui se déchaîne » qui traitent de sonparcours d’enfant battu et de son cheminement vers le pardon envers ce père qui n’a pas su lui donner d’amour mais uniquement des coups.
Ce livre parle du thème de la maltraitance à travers l’histoire de Tim, l’auteur. Tout au long de sa vie semée d’embûches, il croisa plusieurs personnes qui ont eut une incidence plus ou moins importante sur sa vie. Il y a eut : sa belle-mère, une femme mauvaisequi n’aimait pas du tout l’enfant ; des assistantes sociales qui faisaient uniquement leur travail sans l’écouter ; une fermière qui fut la première famille d’accueil ou Tim fut placé mais qui se servait des enfants comme main d’œuvre et comme un moyen de gagner de l’argent ; Gaby le « père adoptif » qui fut le premier à montrer à Tim qu’on pouvait l’aimer ; sa femme Colette froide mais quis’occupait correctement de lui ; Jacquot et Pierrot deux voyous qui vivaient du racket des prostituées qui ont pris Tim sous leurs ailes ; Monsieur Léon un sans domicile fixe suite au décès accidentel de sa femme et de son fils que Tim a considéré comme son grand père et qui lui enseigna la culture générale ; Jean Marie qui vit et s’occupe d’handicapés dans une association ; père Thomas qui en donnant àTim le pardon de Dieu lui a permis d’ouvrir son cœur ; Martine amie puis épouse qui lui donna quatre enfants ; Fréderic un handicapé qui lui offrit son premier cadeau d’anniversaire au prix d’efforts considérables pour lui ; mère Madeleine qui devint sa mère spirituelle ; Roger un toxicomane que Tim et son épouse héberge afin qu’il se réinsère dans la société et reprenne sa vie en main.
Cettehistoire débute lorsque la mère de Tim l’abandonne en l’attachant à un poteau électrique. L’enfant est retrouvé par la police et confié à son père qui est un ancien combattant du Vietnam avec une tendance à consommer de l’alcool à outrance. Il a pris l’habitude de battre son fils et de le rabaisser probablement car il
lui rappelle la femme qu’il a aimé et qui l’a quitté. Il s’est remarié et sanouvelle épouse n’aime guère le petit garçon et s’en prend à lui en le dénigrant aux yeux du père qui ne cherche aucune explication et le frappe sans aucune raison. Un jour, alors que la violence se déculpe, le petit garçon est retrouvé inconscient et gravement blessé. L’autorité parentale lui est immédiatement retiré et Tim restera
hospitalisé plus de deux ans tant ses blessures étaient graves. Delà, plusieurs assistantes sociales le placèrent dans différentes familles d’accueil qui s’occupaient d’enfants retirés à leurs parents mais aucune d’entre elles ne lui donna de l’affection, ils le considéraient comme une main d’œuvre gratuite et comme un moyen de gagner de l’argent. Une seule famille lui donna une image de normalité, ce fut celle de papa Gaby et de Colette qui le traité comme unmembre à part entière de la famille. Malheureusement, un neveu mis le feu accidentellement à une grange et ce fut Tim qui fut accusé et retiré à cette famille pour être placé en maison de correction d’où il n’eut qu’une envie : s’en faire renvoyer. Jusqu’au moment ou il a réussit à s’enfuir il fut considéré comme un délinquant et non comme une victime. Les assistantes sociales et les juges...
tracking img