Fiche de lecture

Disponible uniquement sur Etudier
  • Pages : 5 (1094 mots )
  • Téléchargement(s) : 0
  • Publié le : 19 juin 2011
Lire le document complet
Aperçu du document
1- Présentation du document
Il s’agit d’un article de Philippe Svandra, tiré du mémoire de première année de DESS de philosophie, option éthique médicale de l’Université de Marne-la-Vallée/Espace Ethique de l’AP-HP. Cet article est intitulé « Soins et justice : de la sollicitude à la solidarité » et est paru en février 2003 dans la revue Objectif Soins N°113.
2- Présentation de l’auteurPhilippe Svandra est docteur en philosophie, a occupé les fonctions d’infirmier puis de cadre de santé à l’Hôpital Paul Brousse de Villejuif (fonction qu’il occupait lors de l’écriture de cet article). Il est actuellement formateur et coordonne un Diplôme d’Ethique Soignante et Hospitalière organisé en partenariat entre le pôle formation du centre hospitalier Sainte Anne et l’Institut Hannah Arendt del’Université de Marne-la-Vallée.
Références bibliographiques
Article : Philippe Svandra – « Peut-on parler d’une éthique du care » – gestion hospitalière, n°482, janvier 2009, p. 10 – 13.
Ouvrage : Philippe Svandra – «Le soignant et sa démarche éthique » – Edition ESTEM De Boeck, paru le 17 février 2009 en France, 143 pages.
3- Résumé du texte :
Dans cet article, Philippe Svandra nous montreque de tous temps les sociétés ont été soucieuses de l’état de santé des individus et qu’elles ont mis en place des systèmes d’assistance plus ou moins élaborés pour y veiller.
Quel sens donner à la maladie ? C’est la réponse à cette question qui a déterminé et qui détermine encore aujourd’hui la manière dont on considère une personne malade dans la société. De nos jours, on définit la maladiecomme « le résultat observable de dysfonctionnements physiologiques ». Cependant, la maladie a longtemps été considérée comme l’incarnation d’une volonté divine. Ce n’est qu’aux débuts de la médecine moderne que l’on a positionné l’homme comme étant responsable de sa propre santé.
Ce concept de responsabilité induit la notion d’individualité, chacun étant libre d’influer positivement ounégativement sur sa propre santé. Il convient donc à chaque individu de prendre en charge les soins dont il a besoin. Du point de vue de la société, il n’apparait donc pas utile de développer un système de solidarité en matière de santé.
Cependant cette théorie libérale est difficilement soutenable d’un point de vue éthique et moral. Une conception plus modérée considère que seules les inégalités denaissance sont véritablement injustes, une personne née « malade » ne pouvant être considérée comme étant responsable de son état. Mais les inégalités de départ peuvent avoir des effets tout au long de la vie de l’individu. Comment dissocier alors ce qui est dû au comportement de l’individu de ce qui est héréditaire ou génétique ?
La maitrise de la distribution des risques de maladie est impossible : onne peut considérer la santé comme un simple bien marchand. C’est pourquoi une vision selon laquelle la santé devrait être considérée comme un bien collectif fait son apparition. Selon celle-ci une forme de solidarité collective est indispensable, la justice imposant l’égalité.
Il ne s’agit pas ici de nier que différents facteurs individuels (héréditaires, génétiques ou sociaux) peuvent avoir uneffet sur l’état de santé mais d’offrir à chacun l’opportunité d’être égal aux autres au niveau de l’information, des traitements et de la prévention. L’Etat, qui représente l’ensemble des individus d’une société est le garant du bien-être de chaque citoyen. Son action sociale doit permettre d’assurer à chaque individu une égalité d’accès, de droit et de traitements en matière de santé.
A cettethéorie de « l’égalité de droit» s’oppose la théorie de « l’égalité réelle » dont l’objectif est de concilier égalité des chances et responsabilité individuelle.
Contrairement à la vision égalitaire, il s’agit de « préserver ou restaurer l’éventail normal des opportunités » (la perte de fonctionnement normal) en prodiguant à chacun un traitement différent car chaque besoin est différent....
tracking img