Fiche histoire

Disponible uniquement sur Etudier
  • Pages : 26 (6317 mots )
  • Téléchargement(s) : 0
  • Publié le : 16 mai 2010
Lire le document complet
Aperçu du document
Introduction : Pour que l’histoire et les historiens apparaissent il faut : Des traces (stocks), + en Egy. Non inertes : désir de s’exprimer. On étudie l’histoire à partir du 3ème av JC car écriture sur divers supports. Avec l’histoire on se rend compte de ce qui change.

Où cela s’est t-il passé ?
- Avec les juifs: en pensant qu’ils sont la création de Dieu.
- Puis la Grèce :(1200-700 av JC): à la place des rois descendant de Dieu, arrive la cité : les hommes prennent en charge la démocratie. La Grèce: philosophie : l’homme peut penser lui-même l’univers (Aristote).
- Puis naissance de l’histoire : Au 5ème av JC, Hérodote écrit les règles de l’histoire. Thucydide explique comment il fait pour son étude de la guerre du Péloponnèse. Se méfier, Agir comme un policier(chercher/interroger), esprit critique, liberté de jugement. Puis Polybe 2ème av JC: écrit le récit historique = Les faits + Expo de la situation avec points de vus + Réponse trouvée à la situation et ses conséquences.

Une histoire au service des pouvoirs, puis de la philosophie

A- L’histoire soumise à l’Eglise chrétienne et aux rois (Rome (18ème) : Le christianisme est la religionofficielle de l’empire romain. Les historiens doivent valoriser le christianisme, car volontés de Dieu= providentialisme. L’histoire est au service de la monarchie : récit hagiographique : biographique embelli (louis 14). Les Lumières critiquent la monarchie et l’histoire. Ce n’est pas Dieu qui écrit l’histoire, mais ce doit être la raison.
B- L’histoire soumise à la philosophie
Pour Kant 18ème :l’histoire à une progression positive, vers l’amélioration des choses.
Pour Hegel 18ème : « la raison fait l’histoire » : On va vers l’idéal. Stade primitif(société des dominants/dominés (stades où l’état va imposer l’intérêt général.
Au 20ème Spengler : Les sociétés naissent, se développent, stagnent, puis déclin, puis autre.

On peut faire des critiques à ces philosophes :
- Ils comparentdes peuples et des époques différentes
- Ces théories ne s’appliquent pas partout et pour tout le monde
- Quand on a des états qui s’inspirent de ces théories (nazis : théorie où les plus fort résistent).

L’émancipation de la discipline historique (18-20ème siècle)

A- le rôle des lumières : s’intéresser à tous les hommes. Voltaire dit qu’il ne faut pas s’intéresser qu’aux grandspersonnages, mais également aux autres catégories.
B- Le 19ème et les règles scientifiques
On va travailler à partir de document. On s’intéresse à tous les hommes, surtout avec le célèbre historien Michelet. Puis Langlois et Seignobos : la méthode historique française pour savoir si un document historique est authentique avec critique interne et externe. La critique interne: regarder sidocument original. Externe : étudier le langage pour voir les intentions de l’auteur.
A partir du 19ème siècle l’histoire est considérée comme une discipline. La république va demander à l’école d’enseigner de belles histoires pour de bons républicains. Propagande à la république. De nos jours, enseigner l’histoire objectivement en donnant divers points de vus.

L’école des annales, 20ème : ambitionde créer une histoire totale qui s’intéresse à tous les aspects sociaux: mode, sport, faits divers, presse, chansons ayant des formes d’expressions. Ambition trop grande. On ne peut pas objectiver car on est conditionné.

Quand on écrit l’histoire il faut respecter des règles :
- Objectiver le texte. Neutre = Différence avec la mémoire (affects).
- Ecrire au présent, structurer notretexte dans une logique historique (cause ( effets ( csqs).
- Quand on utilise un terme général complet : lui donner un sens, une définition, et époque.
Conclusion: L’histoire apporte un imaginaire commun, une identité collective. Elle rend compréhensible le changement et donc apte à penser le passé. Et l’avenir avec les changements qu’il implique. Donc pour une enfant : Pour son autonomie...
tracking img