Fiche lecture amartya sen

Disponible uniquement sur Etudier
  • Pages : 11 (2540 mots )
  • Téléchargement(s) : 0
  • Publié le : 5 avril 2011
Lire le document complet
Aperçu du document
L’économie est une science morale
introduction de Marc Saint-Upéry
Amartya Sen
L’auteur :
Amartya Sen est un économiste indien contemporain né en 1933 au Bengale. Il est diplômé du Trinity College of Cambridge en économie et a également étudié les questions philosophiques au cours de son séjour dans l’université. Il a été professeur notamment à New Delhi ou à la London School of Economicsainsi qu’à Oxford. Depuis 1987, il enseigne l’économie et la philosophie à Harvard. Il a été récompensé en 1998 pour ses travaux sur l’économie du bien-être, mais également sur la famine, la pauvreté et le développement économique. Il est le premier économiste du Tiers Monde à avoir reçu cette distinction. Sa volonté première et affichée comme telle d’œuvrer pour le bien de l’humanité l’amène àprendre en compte son histoire personnelle et celle de son pays, celles-ci étant même à l’origine de cette volonté. C’est pourquoi il est souvent qualifié d’économiste humaniste : il est en effet un promoteur de l’éthique et des considérations sociales au sein de la discipline économique.
Son travail se focalise pour l’essentiel sur des phénomènes de société, et en particulier ceux qu’il a puobserver en Inde durant son enfance : il traite ainsi de la famille ayant frappé le Bengale lorsqu’il était enfant dans son ouvrage Poverty and Famine : an Essay on Entitlements and Deprivation. Les notions de justice et d’égalité occupent également une place centrale dans ses recherches et son œuvre.
L’économie est une science morale est en réalité le rassemblement de deux essais d’A. Sen « Laliberté individuelle : une responsabilité sociale » et « Responsabilité sociale et démocratie : l’impératif d’équité et le conservatisme financier ». Ceux-ci traitent de la liberté individuelle revendiquée par les démocraties, de la responsabilité sociale en général et de celle que constitue cette liberté en particulier, ainsi que des impératifs financiers à l’échelle étatique voire européenne qui sontà concilier avec cette responsabilité.
Cet ouvrage est précédé par une introduction de M. Saint-Upéry qui présente Sen, les principaux thèmes économiques abordés dans l’ouvrage et enfin il pose les problématiques relatives à l’ouvrage. Il détaille pour ce faire ce qu’est l’économie du bien-être, et décrit la vision des principaux économistes à ce sujet et au sujet de l’équité, de la justicesociale, comme Rawls notamment. Il aborde également la notion de liberté et d’une manière générale, il expose les critiques qui ont été adressées à Sen pour ses théories, et celles adressées par Sen vis-à-vis de certaines théories économiques plus générales.

L’ouvrage :
Dans le premier essai, Sen fait tout d’abord la distinction entre liberté positive et liberté négative ; celle-ci n’étant pas delui, mais du philosophe Isaiah Berlin (1909-1997). La première désigne la capacité inhérente à l’individu à effectuer quelque chose, à agir. La seconde désigne l’absence de contraintes extérieures, c'est-à-dire venant d’autrui ou de règles, pour réaliser la même chose. Pour illustrer la distinction entre ces deux types de liberté, A. Sen utilise des exemples provenant de sa propre expérience,notamment celui de la famine. Il démontre alors que ces deux conceptions de la liberté vont de pair et ne peuvent être dissociées l’une de l’autre : en effet, la famine constituait une violation de la liberté négative des individus, celle de se nourrir, mais entrainait en même temps une violation de liberté positive dans la mesure où les carences alimentaires ne permettaient plus aux individus detravailler ou simplement de se mouvoir. Pour Sen, ces deux libertés doivent donc être défendues comme un ensemble, celui la liberté individuelle. Il évoque alors les solutions que l’Etat peut apporter à ces famines et notamment l’intervention de l’Inde, qui a réussit à éradiquer les famines en « complétant » les revenus des plus défavorisés lors des crises. La solution ultime à la famine réside...
tracking img