Fiche lecture : paul verlaine : "mon rêve familier", poemes saturniens, 1866

Disponible uniquement sur Etudier
  • Pages : 2 (283 mots )
  • Téléchargement(s) : 0
  • Publié le : 3 juin 2010
Lire le document complet
Aperçu du document
FICHE LECTURE : Paul VERLAINE : "mon rêve familier", Poemes saturniens, 1866

I. Situation
Poèmes Saturniens: Saturne symbole de la mélancholie
Section Melancholia
Inspirationsromantiques: femme idéalisée

II. Plan
1. Contraste rêve/réalité
2. Problème de l’identité
3. Thème du temps

III. Etude

1. Contraste rêve/réalité
· Confusion
rêveaccompagne la réalité de l’auteur: “je fais souvent” à passivité
“familier” mais “étrange et pénétrant” à confusion : il s’agit d’un monde différent mais ou il se retrouve
Rythme confus,flou: en effet, enjambement, refus de la césure à l’hémistiche, (v. 9, 13-14..), diérèses (inflexion)
à rêve confus: perte de la réalité: monosyllabe “tues” à la chute

2. Problèmedde l’identité
pronoms personnels: “je”, “elle” à femme mais identité incertaine
· La femme aimée
seule certitude: amour pour le locuteur “et que j’aime et qui m’aime” “elle mecomprend”
redondance: “pour elle seule” àintimité relationnelle des 2
· La femme mystérieuse
“unique” et “insaisissable”; “ni tout à fait la meme…””son nom?” à femme singulière etmystérieuse
· La femme rêvée
“regard des satues”; “qui se sont tues” : femme n’est pas un souvenir, n’appartient pas à la réalité
“hélas” mais “elle seule les sait rafraichir…” àmélancholieè bonheur d’être triste dépend aussi du temps

3. Le Temps
· Les temps verbaux
Présent domine “et que j’aime et qui m’aime” : vérité générale
Ruptures aux vers 11 et 14:caractère insaisissable de la femme, présente et absente (vie/mort)
· L’atemporalité
“souvent” : présent qui englobe passé et futur
“statues”: atemporalité, éternité et immobilité commesource de bonheur

IV. Conclusion
Anthithèse dela femme: consolatrice meme si insaisissable, inconnue et onirique
De +, immobilité, synthèse m/v, atemporalité comme source de...
tracking img