Fiche lecture "a l'ombre des jeunes filles en fleurs " proust

Disponible uniquement sur Etudier
  • Pages : 11 (2553 mots )
  • Téléchargement(s) : 0
  • Publié le : 12 novembre 2011
Lire le document complet
Aperçu du document
FICHE DE LECTURE
A L’OMBRE DES JEUNES FILLES EN FLEURS - PROUST
2eme partie : Nom de pays : Le Pays

Le voyage et l'arrivée à Balbec. Deux ans plus tard, je pars pour Balbec avec ma grand-mère. Indifférence intermittente à l'égard de Gilberte. L'oubli, condition nécessaire à la resurrection de la meilleure part de notre mémoire. Les effets contradictoires de l'Habitude. Plaisir spécifique duvoyage. Les gares, lieux merveilleux et tragiques. Révolte de mon corps. Comment ma grand-mère conçoit notre voyage. Pour la première fois, je vais être vraiment séparé de ma mère. Le chapeau et le manteau de Françoise. Peut-être ne lui a-t-il manqué que du savoir. L'exemple de Regulus. Ma grand-mère consent à me laisser boire de l'alcool. Dans le train. Je lis les Lettres de Mme de Sévigné ;leur "côté Dostoïevski". Nuit en train. Les levers de soleil. La vendeuse de café au lait : elle serait toujours absente de l'autre vie vers laquelle je m'en allais de plus en plus vite. Balbec-le-Vieux : l'église elle-même, les statues elles-mêmes ; pourquoi je suis pourtant déçu. Les stations sur le trajet du petit chemin de fer.

L'arrivée à Balbec-Plage. Le directeur du Grand-Hôtel. Impressionde solitude : les habitués de l'hôtel, les rues de la ville. Le "lift". C'est notre attention qui met des objets dans une chambre, et l'habitude qui les en retire. La robe de chambre de ma grand-mère ; le coeur immense que m'ouvre son visage ; les coups à la cloison. Les doux instants matinaux ; l'effroi de coucher dans une chambre inconnue. Crainte de l'avenir, dût-il être plus heureux que leprésent.

Début du séjour au Grand-Hôtel. Mlle de Stermaria. La mer reflétée dans les vitrines de la bibliothèque ; diversité de l'éclairage. Le vent dans la salle à manger : ma grand-mère cause un scandale. Les personnalités éminentes qui fréquentent l'hôtel ; le roi d'Océanie ; le jeune gommeux. La vieille dame riche en butte aux sarcasmes (Mme de Villeparisis). M. et Mlle de Stermaria ; leurmorgue. Une actrice à la mode, son amant et deux aristocrates font bande à part. L'aquarium de l'hôtel. Le petit restaurant où vont dîner les quatre élégants. Je voudrais attirer l'attention du beau-frère de Legrandin, la sympathie du roi d'Océanie, du jeune gommeux, des notabilités. Je souffre surtout du mépris de M. de Stermaria, dont la fille présente des charmes héréditaires d'autant plusdésirables qu'ils sont inaccessibles. Mon plaisir quand j'apprends que la vieille dame riche n'est autre que Mme de Villeparisis ; mais ma grand-mère s'obstine à ignorer son amie. Papotage des notabilités à propos des Cambremer. Singularités de Mlle de Stermaria ; mon rêve de la posséder dans un paysage romanesque. La bâtonnier répète tout le temps le nom d'Aimé, le maître d'hôtel. Le directeur général despalaces. Comment Françoise, en nouant des relations, contrarie notre vie quotidienne.

Mme de Villeparisis. Les promenades en voiture. Mme de Villeparisis et ma grand-mère finissent par s'aborder. Balbec, pointe extrême de la terre. Comportements différents d'Aimé et de Françoise. Mme de Villeparisis trouve que Mme de Sévigné manque de naturel. Elle a été autrefois ravissante. La princesse deLuxembourg. Elle nous traite comme des bêtes sympathiques.

Mme de Villeparisis au courant du voyage que mon père fait en Espagne avec M. de Norpois. Nouveaux papotages des notabilités. Comment la bourgeoisie et le faubourg Saint-Germain se considèrent mutuellement.

Promenades en voiture avec Mme de Villeparisis. Les Mers différentes. Préparatifs aux promenades. Les branches des pommiers. Lamer vue entre les feuillages. Mme de Villeparisis, femme de goût ; son libéralisme ; à l'exemple de Sainte-Beuve, elle juge les écrivains d'après ceux qui les ont vus de près. Je suis curieux de l'âme des belles filles qui passent. L'impossibilité de m'arrêter auprès d'elles me fait croire à leur beauté. On m'apporte une lettre : elle n'est que de Bergotte. L'église couverte de lierre de...
tracking img