Fiche pays

Disponible uniquement sur Etudier
  • Pages : 19 (4630 mots )
  • Téléchargement(s) : 0
  • Publié le : 3 mai 2010
Lire le document complet
Aperçu du document
01/12/2009 Analyse du risque pays PÉROU

FRAGILITES DE LA CROISSANCE : risque maîtrisable

Une nette décélération de la croissance, en raison de la crise économique internationale

Entre 2001 et 2008, le Pérou a connu une croissance ininterrompue, tirée principalement par lacroissance des exportations du secteur primaire (mines, pêche, agriculture, hydrocarbures) grâce notamment aux cours élevés des matières premières et au développement du secteur gazier; et par le dynamisme de la demande interne. En 2008, le taux de progression du PIB a atteint le niveau record de 9,8 %, soit le plus élevé d’Amérique latine et le plus haut au Pérou depuis 14 ans.
Tout en restantsupérieure à la moyenne latino-américaine, la croissance va subir une nette décélération en 2009 (prévisions de croissance du PIB pour 2009 de 2,5%), en raison de la baisse de la demande externe liée à la crise économique et financière internationale, alors que la consommation des ménages et l'investissement sont touchés par les restrictions de crédit (voir graphique 1).

Cependant, legouvernement a pris les mesures nécessaires afin de minimiser cette perte de croissance à moyen terme

Il est important de noter qu’après avoir poursuivi une politique de rigueur budgétaire et de ralentissement de l’investissement public afin de contenir la surchauffe de l’économie pendant deux ans, le gouvernement a pris un tournant expansionniste en annonçant un plan de stimulus économique au mois dedécembre 2008. Représentant environ 3,2 % du PIB, cet arsenal de mesures contra-cycliques est axé sur la réalisation de grands projets d’infrastructures (notamment dans le secteur des transports), sur la construction de logements sociaux et sur l’aide aux PME et TPE. L’investissement public devrait ainsi croître de 60 % en 2009 et soutenir la croissance.
De plus, de nouveaux traités deLibre-échange avec les Etats-Unis et le Canada (entrés en vigueur respectivement le 1er mars et le 1er août dernier) ainsi que des traités similaires en négociation entre autres avec l’UE et le Japon, et en cours de ratification avec la Chine et le Canada devraient permettre de soutenir la croissance à moyen terme.

=>Conclusions : Après avoir flirté avec la surchauffe en 2007 et 2008, la croissances’est brutalement ralentie en 2009. Le pays bénéficie cependant de marges de manœuvre budgétaires qui lui permette de mettre en œuvre un plan de relance afin d’augmenter le potentiel de croissance à moyen terme. D’autre part, la croissance en temps normal repose sur des bases solides : demande interne dynamique; diversification des exportations vers les secteurs non traditionnels à plus forte valeurajouté permettant une moindre élasticité aux variations des cours de matières premières; et diversité géographique des exportations permettant de limiter les effets de la conjoncture mondiale. Le risque est donc maîtrisable à court comme à moyen terme.

RISQUE DE DEFAUT SOUVERAIN : risque maitrisable

L’assainissement des finances publiques

La politique de rigueur budgétaire notamment par leralentissement de l’investissement public menée par le gouvernement du président A. García depuis 2004 a permis de réduire le poids de la dette publique et d’améliorer le risque souverain.
Cette amélioration marque néanmoins le pas du fait du relâchement de la discipline budgétaire observé depuis fin 2008 du fait de la détérioration de la conjoncture économique. Le solde budgétaire enamélioration constante depuis 2004 et excédentaire depuis 2006 a ainsi entamé une dégradation en 2008 (passant d’un excédent de 3,2% du PIB en 2007 à 2,1%en 2008) et devrait être déficitaire en 2009 de 1,9% du PIB du fait du plan de relance mis en place par le gouvernement (voir graphique 2a).
Cependant le solde primaire reste largement excédentaire prouvant la bonne gestion budgétaire continue (voir...
tracking img