Fiche révolution française

Disponible uniquement sur Etudier
  • Pages : 5 (1190 mots )
  • Téléchargement(s) : 0
  • Publié le : 26 avril 2010
Lire le document complet
Aperçu du document
La Révolution Française
En 1789, c’est la fin de l’Ancien Régime . Le roi a décidé le 5 mai 1789 de réunir les Etats-Généraux afin de faire remonter les Cahiers de Doléances qui sont les témoins écrits des difficultés rencontrées par le peuple. Le 17 juin les députés du tiers Etat se déclarent Assemblée nationale car ils sont déçus des séances. Le 20 juin, ils prêtent serment dans lasalle du Jeu de Paume afin de ne pas se séparer avant d’avoir élaboré une constitution. L’assemblée nationale devient constituante. C’est la fin de l’absolutisme. Le 14 juillet 1789, la foule parisienne mécontente de la vie chère pille l’armurerie et s’empare de la Bastille, symbole royal de l’oppression.

Dans les campagnes, c’est la Grande Peur car les paysans attaquent les châteaux des seigneurset brulent les registres conservant les droits seigneuriaux.

Dans la nuit du 4 août 1789, on abolit les droit seigneuriaux. Le 26 août 1789, la Déclaration des droits de l’homme et du citoyen pose les principes d’une nouvelle société :liberté, égalité, fraternité.

C’est donc une nouvelle société qui se construit et qui pose les fondement de la république que nous connaissons. De quellesmanières la Révolution Française pose peu à peu les jalons de notre République ?

1) La monarchie constitutionnelle( 1789-1792)
a) La France s’organise
L’assemblée constituante réorganise la France. Elle nationalise c’est à dire qu’elle transfère la propriété des bien privés à l’Etat. Ceci dans le but de rembourser la dette de l’Etat. Elle établit les nouveaux impôts payés par tous. La Franceest découpée en 83 départements afin de simplifier l’administration.

Un an après la prise de la Bastille, le 14 juillet 1791 : la fête de la Fédération célèbre la réconciliation des Français.

Mais des difficultés apparaissent, avec la constitution civile du clergé, les prêtres et les évêques sont payés par l’Etat : ils doivent donc prêter serment. L’Eglise de France se divise.

En 1791, lesdéputés adoptent une constitution qui partage le pouvoir avec le roi et une assemblée élue. Mais Louis XVI s’oppose à ces nouveautés.

b) L’échec de la monarchie constitutionnelle
Le roi tente de se réfugier à l’étranger, c’est la fuite et l’arrestation à Varennes de la famille royale, le 21 juin 1791. La foule les attend à Paris et est très hostile envers ce roi qui les a trahi.

Denombreux clubs (lieu où l’on débat des questions politiques) demandent la déchéance du roi. Ce dernier est maintenu par l’Assemblée pour conserver la constitution.

A l’étranger, les souverains sont inquiets par la tournure des évènements : ils craignent que la révolution dépasse les frontière et les renverse. Le 20 Avril 1792, l’Assemlée vote la guerre contre l’Autriche.

2) La République desSans-culottes (1792-1794)
a) La République menacée
Les armées ennemies progressent dans les premiers temps. Cependant, le 20 septembre 1792, la victoire de Valmy arrête l’avancée prussienne.

Le 22 septembre une nouvelle assemblée, la première élue au suffrage universel (droit de vote accordé à tous les citoyens, mais seulement aux hommes !) proclame la République.

Mais une difficulté rejaillit :le 21 janvier 1793, le roi est guillotiné . Aussitôt une coalition se forme celle des pays européens contre la France. De plus, les paysans vendéens dans l’Ouest se soulèvent car ils refusent de défendre un régime qui a voté la mort du roi.

Les difficultés économiques agitent Sans-culottes. En Juin 1793, la situation est catastrophique.

b) Le gouvernement révolutionnaire
Pour sauver laRépublique, l’Assemblée accepte les mesures exceptionnelles de Robespierre et des Montagnards . Les Montagnards sont les députés qui soutiennent la Terreur.

Douze députés forment un gouvernement révolutionnaire appelé Comité du Salut Public qui dirige le pays et mène la guerre.

La loi des suspects et la mise en place d’un tribunal révolutionnaire permet d’arrêter et de juger sans appel les...