Fiche rousseau

Disponible uniquement sur Etudier
  • Pages : 16 (3849 mots )
  • Téléchargement(s) : 0
  • Publié le : 2 mai 2011
Lire le document complet
Aperçu du document
Profession de foi du vicaire savoyard. Rousseau
I. Introduction 1. La première expérience du mal, et ses conséquences : sursaut moral et
élaboration d'une méthode de réflexion.
Lié à l'expérience de la vie et à la première rencontre avec le mal. a. Première expérience du mal subi sous la forme de l'injustice → Choix de devenir prêtre pour contenter sa famille → dépossédé de son libre arbitrede son autonomie. → Réflexions sur le mal se présentent donc comme une réflexion sur la motivation de nos actions. → le doute constitue une des premières occasions de dériver vers le mal. Premier contact avec le mal sous la forme de l'injustice : il est condamné pour avoir écouté la voix de sa conscience « Je fus bien plus la victime de mes scrupules que de mon incontinence » incontinence = fait des'abandonner aux passions des sens. Lien du mal et du mensonge social. b. Conséquences de la première expérience du mal.

i.

une conséquence immédiate, la chute

1ère expérience du mal entraîne la corruption progressive de l'individu → chute. Cette chute accompagne le passage des lois de la nature à celles de la société.

ii.

Une conséquence seconde : un sursaut intellectuel et moralSa vie n'a jamais été « si constamment désagréable » → mal être intérieur qui pousse le vicaire à entamer une méditation personnelle sur l'existence. Cette réflexion veut s'émanciper à la fois de la religion et de la philosophie. → état de « trouble et d'anxiété » propre au doute et à l'incrédulité. Lie la connaissance du moi et la pratique du bien. Réflexion sur le doute : – religion ne permetpas de sortir de la dérive. – la philosophie non plus : « les philosophes ont des opinions diverses » → ils sont destructeurs et non constructifs. – Danger du scepticisme : l'esprit humain ne pouvant résister à l'angoisse engendrée par l'état de doute préfère l'erreur à l'incertitude.

Réflexion sur l'origine de cette « prodigieuse diversité des sentiments. » : – l'insuffisance de l'esprithumain : mystères du monde nous sont impénétrables → connaissance = imagination. – L'orgueil : malgré ça nous voulons tout connaître tout pénétrer → refus de reconnaître notre incapacité ! → amour propre. Conséquence : – Limiter au maximum ses recherches : « Je renonce à des questions oiseuses qui peuvent inquiéter mon amour propre mais qui sont inutiles à ma conduite ». → une partie de laphilosophie est corrompue par le vice de « l'amour propre » → touchée par le mal. Les deux discours (philosophique et religieux) qui sont sensés offrir des repères pour l'action n'en sont pas capables ! – Se fier à ses lumières intérieures et non à celles des autres → sa propre erreur est la meilleure.

II. L'examen des connaissances : « Ce qu'il m'importe de savoir » 1. Qui suis-je en moi même ? («s'assurer de soi-même »).
→ « qui détermine mes jugements ? »
a. La sensation. → première chose que je conçois. C'est par elle que je me perçois en tant que sujet. Le moi est le lieu de la sensation. Deux composantes de la sensation : – son siège → le moi – sa cause (moteur) → l'extériorité → cela me permet de percevoir le monde extérieur et de me différencier. b. La perception et le jugement. Deuxactes différents : – Perception (= sentir) : propre d'un être sensitif – passivité. – Jugement (= comparer) : propre d'un être actif et de l'intelligence. Le jugement ne se produit qu'à l'occasion de la perception. L'erreur : elle ne relève pas de la sensation, toujours vraie mais du jugement. → je suis à la fois un être passif et actif. Cette faculté de juger est bien en moi mais la vérité estdans les choses non dans mon jugement. → moins je mets du miens dans mon jugement et plus je m'approche de la vérité. « Je sais seulement que la vérité est dans les choses et non pas dans mon esprit qui les juge, et que moins je mets du mien dans les jugements que j'en porte, plus je suis sûr d'approcher de la vérité. » → il faut « se livrer au sentiment ».

2. Qui suis-je dans le monde ?
a. Le...
tracking img