Fiche sociologie bourdieu

Disponible uniquement sur Etudier
  • Pages : 5 (1068 mots )
  • Téléchargement(s) : 0
  • Publié le : 26 novembre 2011
Lire le document complet
Aperçu du document
FICHE DE LECTURE

Premières leçon sur La sociologie de P. Bourdieu
Présentation sommaire de l’auteur : Patrice Bonnewitz, Agrégé de sciences économiques et sociales
Editeur, date : PUF, 2ième édition, Avril 2002
Domaine, genre : La sociologie– « Abrégé »
CONTENU

Thème principal : Explication de la pensée de P. Bourdieu
Résumé :
Patrice Bonnewitz, nous présente les éléments permettantde comprendre l’approche sociologique de P. Bourdieu à travers la présentation de l’Homme puis de ses travaux sur la société, la culture et l’école. L’auteur essaie également de nous démontrer comment P. Bourdieu s’est inspiré de ses prédécesseurs (Marx, Weber, Durkheim), tout en élaborant une approche spécifique qualifiée de « structuralisme génétique » qui objective le monde social comme matricede la genèse des comportements sociaux. Nous constatons que P. Bourdieu pense la société à travers le concept de domination. Toutefois l’approche marxiste décrit le monde social par rapport au seul champ économique (riches/pauvres = dominant/dominé). P. Bourdieu lui intègre dans sa définition de l’espace social l’inégale distribution des capitaux économiques mais aussi des capitaux culturel,social (étendue des relations sociales) et symbolique (reconnaissance par rapport aux 3 autres capitaux). Nous constatons à la lecture de ce livre que parmis les travaux de P. Bourdieu, il faut retenir ceux déjà relativement anciens qu'il a réalisé avec Jean-Claude Passeron sur les mécanismes scolaires de reproduction sociale - Les Héritiers (1964) et La Reproduction (1970). En effet depuis la crisedes années 70, P. Bonnewitz constate une tendance au ralentissement de la mobilité sociale (ascenseur social en panne), avec un déclin des opportunités salariales et de perspectives de carrière au fil des générations. P. Bourdieu l’explique par le mécanisme de reproduction social selon lequel de génération en génération, les individus ou groupes d’individus cherchent à maintenir ou à améliorerleur capital sous ses différents aspects. Autrefois les mariages permettaient cette reproduction sociale, aujourd’hui selon P. Bourdieu, l’école est un instrument de reproduction sociale au service des classes dominantes ! Contrairement à Tocqueville (1805-1849) qui pensait l’égalité sociale possible malgré l’inégalité héréditaire des positions. Pour P. Bourdieu, l’école loin de réduire lesinégalités sociales, contribue à les reproduire. Pour lui les épreuves orales sanctionnent davantage la forme que le fond, sur la base de signes subtils de reconnaissance sociale. Pour les épreuves écrites la sélection se fait sur le style employé. Pour Bourdieu la réussite scolaire des enfants des classes dominantes ne s’explique pas par leur talent mais par leur héritage culturel. En effet les famillestransmettent à leurs enfants un capital culturel que l’école va valoriser. Qui plus est, l’Habitus des enfants de parents de classes dominantes est en affinité avec celui des enseignants (même valeurs, même goûts culturels…). Pour les enfants de la classe dominée se posent des problèmes d’acculturation (assimilation d’une nouvelle culture), Selon lui, la classe dominée croit à l’égalité des chances,de plus en plus d’enfants s’engagent dans des études et au final ses enfants de classes populaires acceptent leur élimination et la considèrent comme normale, alors que la sélection dans et or de l’école est sociale. Selon Bourdieu, il faut traiter différemment les élèves selon leur origine sociale. Ses travaux seront à l’origine de nouvelles dispositions pédagogiques (ZEP, soutien scolaire,collège unique, lutte contre l’échec scolaire…). Le livre proposé par P. Bonnewitz est intéressant dans la mesure où dans le dernier chapitre il propose de faire le tour des influences et critiques qu’à suscité la sociologie de P. Bourdieu. Selon certains sociologues, P. Bourdieu a une vision statique de l’école et de ses acteurs. L’analyse de Raymond Boudon ne nie pas l’inégalité des chances mais...
tracking img