Fiche sur correspondances de charles baudelaire

Disponible uniquement sur Etudier
  • Pages : 8 (1988 mots )
  • Téléchargement(s) : 0
  • Publié le : 29 décembre 2010
Lire le document complet
Aperçu du document
CORRESPONDANCES

INTRODUCTION En 1857, Charles Baudelaire publie les Fleurs du Mal , accueillies par un procès pour outrage à la morale publique et aux bonnes mœurs. En 1861, il procède à une seconde publication, dans laquelle il ajoute la section Tableaux Parisiens en deuxième position. Cependant, six poèmes ont été amputés à cette deuxième édition. La section Spleen et Idéal s'ouvre sur lacondition du poète : Bénédiction. Le poème Correspondances s'inscrit dans cette section. C'est le quatrième poème de cette section et il est composé de deux quatrains et deux tercets, ce qui en fait un sonnet libertin. Il assigne au poète sa fonction, en faisant un Art Poétique: Baudelaire y montre comment accéder à un monde invisible à partir des sens. LECTURE 1 La Nature est un temple où devivants piliers Laissent parfois sortir de confuses paroles ; L’homme y passe à travers des forêts de symboles Qui l’observent avec des regards familiers. Comme de longs échos qui de loin se confondent Dans une ténébreuse et profonde unité, Vaste comme la nuit et comme la clarté, Les parfums, les couleurs et les sons se répondent. Il est des parfums frais comme des chairs d’enfants, Doux comme leshautbois, verts comme les prairies, - Et d’autres, corrompus, riches et triomphants, Ayant l’expansion des choses infinies, Comme l’ambre, le musc, le benjoin et l’encens, Qui chantent les transports de l’esprit et des sens.

5

9

12

REPRENDRE LA PROBLÉMATIQUE DE L' EXAMINATEUR ?/ En quoi ce poème est-il un Art Poétique? ANNONCE DES AXES I. L’art poétique Il s'agit d'ouvrages, en vers ou enprose, enseignant les règles de versification ou délivrant la conception qu'a l'auteur de la poésie. Ainsi, tout Art Poétique comprend une dimension didactique ( délivrer un enseignement). On peut dès lors considérer que ce sonnet constitue un Art Poétique dans la mesure où Baudelaire définit la fonction de la poésie et implicitement celle du poète. A. Le caractère didactique 1. Le titre necontient pas de déterminant, donnant une valeur de définition au poème. 2. Cette valeur est marquée par l’absence de lyrisme. On remarque en effet l’emploi de la troisième personne au lieu de la première. 3. L’utilisation du présent de vérité générale vient insister sur ce caractère didactique. 4. La volonté didactique est souligné par l’usage d’un lexique abstrait avec des déterminants à valeurgénérique.

5. Les généralités permettant de définir quelque chose de précis, au même titre que les
nombreuses comparaisons dans le poème. 6. De plus, le sonnet prend la forme d’une leçon constituée de deux quatrains de théorie et de deux tercets d’exemples, les exemples étant les différents parfums. B. Mise en évidence de la fonction symbolique de la poésie 1. Le poème se fonde sur une philosophiePlatonicienne de l’Univers, c’est-à-dire que le monde sensible ne serait que le reflet d’une réalité supérieure. 2. La métaphore inaugurale qui sacralise la nature : « La Nature est un temple » symbolise la nature. 3. On retrouve l’isotopie de la spiritualité tout au long du poème, venant accentuer la fonction symbolique de la poésie. 4. La personnification de la Nature est intensifiée parl’expression « vivants piliers » (v.1) 5. Le poème transforme donc la nature en un espace symbolique auquel l’homme n’a pas accès. 6. Le poète met en relief le caractère éternel de la nature par la référence aux « piliers », par opposition au côté éphémère de l'homme qui « y passe » C. Opposition entre l’Homme et la nature Malgré une symétrie entre les vers 1,2,3 et 4 soulignée par le double enjambement , toutsépare l'homme de la nature. Cela crée une forte opposition entre l'homme et le poète. 1. Le poème établit un contraste entre l’Homme et la nature. 2. Tout d’abord, la nature est retranscrite avec une majuscule, contrairement à l’homme qui n’en a pas. 3. D’autre part, l’homme n’est mentionné que dans le premier hémistiche du troisième vers et repris par le pronom « l’» au vers 4, ce qui...
tracking img