Fiche technique

Disponible uniquement sur Etudier
  • Pages : 5 (1101 mots )
  • Téléchargement(s) : 0
  • Publié le : 3 janvier 2011
Lire le document complet
Aperçu du document
Arthur M.Melzer, professeur de science politique a l’université de Michigan, publie en 1998 Rousseau, la bonté naturelle de l’homme .Dans cet ouvrage de 495 pages ,il tente de redémontrer toutes les doctrines rousseauistes en les explicitant et en montrant toutes les contradictions internes qu’il y a .Rousseau est un des plus illustres philosophes des lumières et l’un des précurseurs de laRévolution française. Il s’est penché minutieusement sur l’homme et ses « dépendances personnelles », la société et l’éducation.
A travers cette analyse, nous verrons les différentes thèses rousseauistes et nous comprendrons mieux leur contradiction.
Dans l’extrait proposé, Rousseau problématise la notion de « dépendance personnelle » de l’homme .Ainsi, l’individu est par natureégoïste. Son égoïsme peut le priver de sa liberté .En effet, il fait passer ses intérêts avant tout et ne voit en autrui que la satisfaction qu’il lui apporte .Il commence à dépendre de l’autre petit a petit , sans même s’en rendre compte .Pour se libérer, l’être humain, vivant en société, doit être aidé par l’Etat. Ce dernier le libère par la force. Mais l’idée de liberté forcée peut semblerparadoxale. En effet, la liberté et la force sont des notions contradictoires voire même opposées. Mais Rousseau appuie son point de vue en adhérant a « l’étatisme », doctrine selon laquelle l’Etat doit intervenir de façon plus au moins forte dans la vie sociale et économique. C’est le seul qui peut endiguer l’homme et le sauver de son état de nature. Mais a cela Rousseau rajoute l’importance de lasacralisation du « pouvoir souverain ».Ainsi, il est « tout absolu, tout sacré ».Ce coté nous mène a comprendre que Rousseau ne s’arrête pas a l’étatisme mais adhère également a l’absolutisme, régime politique selon lequel tous les pouvoirs sont réunis au main d’un seul .D’un autre coté , qui dit absolutisme ,dit répression et donc « oppression ».Mais sa pensée ne devient réellement paradoxal qu’aumoment ou il invite la démocratie la plus pure, c'est-à-dire la directe, de s’occuper du pouvoir souverain. Ainsi, il se positionne en tant que partisan de l’autoritarisme et de la démocratie a la fois .Il donne alors naissance à ce qu’on appelle l’ « absolutisme démocratique », un despotisme camouflé au profit de la volonté générale. Cette dernière est matérialisée par la loi, moyen pour assujettirles hommes pour les rendre libres. C’est son coté impersonnel et universel qui l’empêche de

créer toute dépendance. Contrairement au classique Rousseau ne s’intéresse qu’à la forme de la loi .Ainsi s’intéresser au contenu comme font les partisans de Platon nous remmène directement à la dépendance. Nous en concluons que la loi par son coté formel et globalisant est un outil clef pour atteindrela stabilité et l’ordre politique. Surtout si la loi passe avant l’homme dans la constitution d’un gouvernement.
Mais l’élaboration des lois ne peut se faire par n’importe qui, il faut un homme qui soit à la fois représentatif et « sage ».Par sage nous sous entendons philosophe. C’est cette faculté qui lui permet d’installer l’ordre en rédigeant les bonnes lois. Mais qu’est ce que s’estdes bonnes lois ? C’est celles qui ci ciblent la réelle nature des hommes. Deplus, les inclinations personnelles du législateur, en l’occurrence son égoïsme, le pousseront à vouloir se sur dépasser et dans son cas précis son bien a lui va de paire avec le bien commun. Les lois rédigées par le législateur doivent être soumises «  au suffrage libre du peuple ».Mais la contradiction réside dans lefait que si le peuple n’a pas les qualifications requises pour élaborer les lois, comment est-il possible qu’il puisse repérer la sagesse et la subtilité du législateur ? Ce dernier aura donc du mal à convaincre le peuple. Selon Rousseau, il ne peut y remédier qu’en utilisant la ruse et le subterfuge. Nous pouvons comparer le législateur au Prince de Machiavel, pour qui la fin justifie les...
tracking img