Fichier

Disponible uniquement sur Etudier
  • Pages : 2 (308 mots )
  • Téléchargement(s) : 0
  • Publié le : 25 mars 2012
Lire le document complet
Aperçu du document
L'injustice c'est ce qui est contraire
Alors que le droit positif est le droit tel qu'il est réel­lement établi, et ce de manière variable, dans chaque État, le droit naturel estune conception idéale du droit, tel qu'il devrait être pour être conforme aux exigences d'humanité et de justice

1) au droit positif

2) au droit naturel:http://www.philagora.net/grenier/marcuse.php

•Par son contenu:

Si le droit naturel bouscule le droit positif, c'est que, pour l'auteur, le droit naturel est supérieur parce qu'il sert la liberté del'homme: la légitimité du droit naturel tient à son point de vue moral, à son combat pour la libération contre toute forme de barbarie.
Le droit positif, pour Marcuse, n'a pas commefin le bien de tous et perd donc sa légitimité devant le droit naturel qui s'élève contre lui au nom de l'homme, sujet moral et sujet de droit.
Que le droit positif ait pour lui laforce induit la nécessité pour le droit naturel de s'armer de violence pour ne pas disparaître: il y a donc un affrontement d'une violence de l'oppression et d'une violence de lalibération.
Quel paradoxe! Si la violence de la libération est légitime, elle est pourtant illégale; s'il y a une légalité de la violence du droit positif, elle est pourtant illégitime.
En,conséquence dans le heurt de la violence particulière et de la violence institutionnelle, la violence particulière sera toujours battue "tant qu'elle n'a pas réussi à son tour àaffirmer une nouvelle universalité contre l'ordre existant." (Marcuse).
On remarquera le glissement, dans les expressions de Marcuse, de la force à la violence: cette confusion entre laforce au service du droit théoriquement pour tous et par tous et la violence au service des appétits n'est pas innocente. Mais, qu'est-ce qui a transformé la force en violence?
tracking img