Fichiers

Disponible uniquement sur Etudier
  • Pages : 14 (3390 mots )
  • Téléchargement(s) : 0
  • Publié le : 5 mai 2010
Lire le document complet
Aperçu du document
RECHERCHE SUR LA CHANSON DE ROLAND

La Chanson de Roland est la plus célèbre des chansons de geste. Créée à la fin du XIe siècle par un poète anonyme – que certains croient être Turolde, dont on peut lire le nom dans la dernière laisse du poème –, elle raconte, en l’amplifiant et le dramatisant, un épisode des guerres menées par Charlemagne contre les Sarrasins : la désastreuse bataille quise serait déroulée à Roncevaux.
Charlemagne fait la guerre en Espagne depuis sept ans. Il rentre en France après avoir soumis Pampelune, mais il a été trahi par un de ses barons, Ganelon. Au passage de Roncevaux, le traître le convainc de placer Roland à la tête de l’arrière-garde. Onze autres barons se joignent à Roland, qui se choisissent seulement 20 000 chevaliers – pour s’opposer aux100 000 Sarrasins qui vont les attaquer. Avant la bataille, Olivier, son meilleur ami, tente de convaincre Roland d’appeler Charlemagne à la rescousse, mais il refuse, par orgueil. Tout le monde mourra, les 100 000 Sarrasins et les 20 000 Français. Roland meurt le dernier, juste avant l’arrivée de Charlemagne, qui anéantit le reste de l’armée sarrasine (de 300 000 hommes). L’archange Gabrielemporte l’âme de Roland au paradis.
La chanson peut être divisée en quatre parties :
1. La trahison de Ganelon : Ganelon, beau-frère de Charlemagne et beau-père de Roland, jaloux de la préférence de Charlemagne envers son neveu auquel l'empereur a confié l'arrière-garde de ses armées, trahit Roland. Il intrigue avec le calife Marsile, roi des Sarrasins pour s’assurer de la mort de Roland. Cettepartie va de la laisse 1 à 79 dans la chanson.
2. La bataille de Roncevaux : Roland et son compagnon le chevalier Olivier meurent dans la bataille ainsi qu'un grand nombre de Sarrasins et de Francs. Cette partie va de la laisse 80 à la laisse 176.
3. La vengeance de Charlemagne sur les Sarrasins : Roland avait sonné du cor pour alerter Charlemagne mais quand ses armées arrivent pour secourirl'arrière-garde, le comte est déjà mort. Charlemagne venge alors son neveu en battant les Sarrasins avec l'aide de Dieu. Cette partie va de la laisse 177 à la laisse 266.
4. Le jugement de Ganelon : Après la bataille, Charlemagne fait juger Ganelon qui est condamné à mourir écartelé. Cette partie va de la laisse 267 à la laisse 291.

Passages de la chanson de Roland :

ROLAND SONNE DU COREffet de symétrie encore une fois. Alors que dans les passages précédents, Roland refuse de sonner du cor pour montrer son heroique folie, c'est ici à lui de vouloir sonner du cor, et à Olivier de refuser, avec une ironie tragique. Mais cette reprise n'est pas simple jeu d'artiste : rien n'est plus émouvant que le silence douloureux de Roland. Le drame progresse d'ailleurs sur un autre plan : dansl'âme de Charles aussi se livre une lutte, car Ganelon essaie de parfaire sa trahison. Il faut lire "Le Cor" de Vigny : le poète a admirablement tiré parti de cette situation qu'il ne connaissait qu'indirectement.

129
Roland dit : « Je sonnerai l’olifant, Ço dist Rollant: «Cornerai l'olifant,
et Charles l’entendra, qui passe les cols. Si l'orrat Carles,ki est as porz passant.
Je vous le jure, les Français reviendront. » Jo vos plevis ja returnerunt Franc.»
Olivier dit : « Le déshonneur serait grand Dist Oliver: «Vergoigne sereit grant
et l’opprobre pour tous nos parents ; E reprover a trestuz voz parenz;
cette honte durerait toute leur vie. Iceste hunte dureital lur vivant!
Quand je vous l’ai dit, vous n’en avez rien fait ; Quant jel vos dis, n'en feïstes nient;
vous ne le ferez pas maintenant avec mon accord. Mais nel ferez par le men loement.
Si vous sonnez du cor, ce ne sera pas d’un brave : Se vos cornez, n'ert mie hardement.
vous avez déjà...
tracking img