Fida

Disponible uniquement sur Etudier
  • Pages : 10 (2260 mots )
  • Téléchargement(s) : 0
  • Publié le : 10 avril 2011
Lire le document complet
Aperçu du document
METHODES ET OUTILS DE GESTION DU RISQUE DANS LE CREDIT A L’AGRICULTURE : LECONS DE L’EXPERIENCE DU FIDA
Introduction Avant d’aborder les outils de gestion du risque dans le crédit à l’agriculture par le FIDA, il est important de replacer ce thème dans le contexte des modalités d’intervention du FIDA. Le FIDA finance ses programmes en accordant des prêts aux gouvernements. Il dispose à cet égardde trois catégories de prêts, aux conditions plus moins subventionnées en fonction du degré de développement du pays concernés. Le FIDA bénéficie également de la garantie du gouvernement dans ses opérations de prêts. Ces financements font eux-mêmes l’objet d’accord subsidiaires de prêts (il s’agit parfois également de subventions) entre le gouvernement et les partenaires de financiers identifiésdans l’accord de projet. Ainsi une institution de finance rurale peut-elle obtenir du gouvernement dans le cadre d’un programmes FIDA soit des subventions (pour son renforcements institutionnel, la formation etc…) soit un prêt pour financer son portefeuille de crédit, dans des conditions fixées dans l’accord subsidiaire de prêt. Ce prêt du gouvernement à l’institution financière est parfois octroyésans risque de crédit pour cette dernière, par exemple dans le cas de crédit agricole à des clients pré-determinés (financement d’intrants) ; le gouvernement central ou les autorités régionales prennent alors explicitement à leur charge le risque de crédit. Dans d’autres cas, les institutions financières doivent assumer tout ou partie du risque de crédit. D’une manière générale, on peut constaterune corrélation entre le caractère directif du crédit (vers certaines population ou pour certaines production) et la garantie octroyée par le gouvernement à l’institution prêteuse : sans cette couverture, l’institution financière tendra naturellement à sécuriser ses opérations (financement d’opérations commerciales de courtes durée etc…). Ces opérations de crédit à l’agriculture sous la garantiede l’Etat reflètent dans la plupart des cas des faibles performances, et les lecons apprises par le FIDA à cet égard sont les mêmes que pour les autres bailleurs de fonds. Le FIDA a cependant évolué de manière substantielle au cours des dernières années, dans le choix de ces partenaires de finance rurale et ses modalités d’intervention. En effet, le FIDA a évolué en Afrique d’un mode definancement de l’agriculture en partenariat avec des Banques de Développement Agricoles essentiellement, à une approche de financement du monde rural au travers d’institutions diversifiées (réseaux mutualistes, banques villageoises, FSAs etc…). D’une politique centrée sur le crédit à la production agricole, le FIDA est donc passé à la promotion d’une plus grande diversité de services financiers,reconnaissant ainsi la variété et complexité des besoins financiers en milieu rural et le rôle essentiel de la mobilisation de l’épargne. Cette évolution a eu des conséquences directes pour le FIDA sur les modalités de gestion du risque dans le financement de l’agriculture.

1

C’est donc dans ce contexte général qu’il convient d’analyser les expériences du FIDA en termes de sécurisation du créditagricole. La documentation de ces expériences reste souvent incomplète et la présentation s’appuiera donc sur quelques exemples seulement. Après cette analyse, il conviendra d’en tirer une réflexion sur la nature des systèmes mis en place (ou qui pourraient être mis en oeuvre) pour sécuriser le financement de l’agriculture, et ses implications pour un bailleur de fonds comme le FIDA (Section II). IExpériences du FIDA l’agriculture. dans la gestion du risque pour le financement de

Les seules expériences documentées par le FIDA en terme de couverture de risque concernent la mise en place de systèmes de garantie. Si d’autres méthodes ont pu être mis en place sur le terrain par les institutions partenaires (systèmes de caution mutuelle, warrant agricoles etc…), elles ne sont pas directement...
tracking img