Figures de styles

Disponible uniquement sur Etudier
  • Pages : 16 (3775 mots )
  • Téléchargement(s) : 0
  • Publié le : 4 mai 2010
Lire le document complet
Aperçu du document
abstraction , F - (transf.) :
= métonymie qui désigne un objet ou un phénomène par une qualité abstrait
Il avait l'impression de n'être qu'une petite transparence gélatineuse qui tremblotait sur la banquette d'un café.
(J.-P. Sartre)

allégorie, F - (transf)
= composition symbolique faite de plusieurs éléments qui forment un ensemble cohérent et renvoient terme à terme au contenusignifié. V. métaphore filée.
La Mort, lorsqu'elle est représentée comme un squelette armé d'une faux.

allitération F- (phon.)
= répétition de sons identiques dans une suite de mots. V. harmonie imitative
Je fais souvent ce rêve étrange et pénétrant
D'une femme inconnue et que j'aime et qui m'aime.
(P. Verlaine)


anacoluthe , F - (synt.)
= rupture ou discontinuité dans la constructiond'une phrase. La phrase commencée est oubliée et fait place à une autre parce que l'esprit de l'auteur est pris par autre chose que la suite rigoureuse de sa pensée ou la suite grammaticale de sa phrase.
Le nez de Cléopâtre, s'il eût été plus court, toute la face de la terre aurait changé.
(B. Pascal) Et, pleurés du Vieillard, il grava sur leur marbre
Ce que je viens de raconter.
(J. de LaFontaine)

Voir cette figure en langage iconiqe ?





anadiplose F- (disp.) Synonyme : Dorica Castra

= procédé par lequel le dernier mot d'une proposition ou expression est utilisé (phonétiquement ou absolument) comme premier mot de la deuxième proposition, et ainsi de suite, selon le schéma :
----A, A----B, B----C, etc.
1) J'en ai marre, marabout, bout de ficelle, sellede cheval, etc.
2) Le néant a produit le vide, le vide a produit le creux, le creux a produit le souffle, le souffle a produit le soufflet et le soufflet a produit le soufflé. (Paul Claudel, Le Soulier de satin)
3) Mourir pour des idées, l'idée est excellente. (G. BRASSENS))
Jacques Fabre
http://jhfabre.neuf.fr


analogie , F - (disp.)
= structure dans laquelle l'ordre des motsreproduit quelque chose du sens de l'énoncé. (C.A.F.É.)
Mais l'autobus tourne en rond. Il passe et repasse devant la place. Il tourne et tourne.
( S.D.)

Appelé aussi tactisme , M - néologisme, par Dupriez qui fait référence à Spitzer : "L'acharnement sur la proie prend la forme d'un enlacement, d'un enserrement du corps- grâce à l'ordre des mots !", p. 445.
C'est Vénus toute entière à sa proieattachée.
(Racine)

Voir cette figure en langage iconique ?





anaphore , F - (disp.)
= structure dans laquelle un même mot commence les propositions ou les phrases.
Quand les fils de novembre nous reviennent en mai
Quand la plaine est fumante et tremble sous juillet
Quand le vent est au rire quand le vent est au blé
Quand le vent est au sud écoutez-lechanter.
(J. Brel)





antiphrase, F - (transf.)
= forme d'ironie qui consiste à dire l'inverse de ce qu'on veut laisser entendre.
Les Grecs appelaient par antiphrase les redoutables Furies les Euménides,
c'est-à-dire les Bienveillantes, afin de se les concilier.



antithèse, F - (disp.)
= rapprochement dans le discours d'idées ou de mots opposés.
Ils étaient usés àquinze ans
Ils finissaient en débutant.
(J. Brel)
Voir cette figure en langage iconique ?




L' alliance d'idées est une forme particulière de l'antithèse.
Elle consiste à "rapprocher, dans une relation quelconque, deux idées inverses l'une de l'autre." (Dupriez, p. 33)

La destruction prochaine et totale de la forêt amazonienne
nous rappellera bientôt - bien tard ! -l'évidence de la solidarité climatique planétaire.
(E. Orsenna)











antonomase, F - (transf.)
1. = figure consistant à remplacer un nom par l'énoncé d'une qualité propre à l'objet ou à l'être qu'il désigne.
Les Quarante pour l'Académie Française.
2. = nom propre traité comme un nom commun ou un adjectif.
C'est un Adonis.

Si Schweppes et pourtant si...
tracking img