Film good bye lenin

Disponible uniquement sur Etudier
  • Pages : 15 (3710 mots )
  • Téléchargement(s) : 0
  • Publié le : 20 mars 2011
Lire le document complet
Aperçu du document
Faire voir: qui? comment? quoi? pour quoi?

 Introduction
La société occidentale contemporaine est inondée d'images: télévision, cinéma, internet, publicité... Pour être connu, il faut être vu, et c'est la motivation principale de beaucoup de jeunes (et moins jeunes) qui intègrent des émissions de télé-réalité de plus en plus nombreuses. Désormais, tout se montre et tout peut être vu. Sicela peut avoir certains effets bénéfiques (les musiciens et auteurs de talent découverts ainsi), cette surmédiatisation a souvent des effets pervers: recherche de scoops, manipulation de la vérité pour plus de sensationnel, gavage d'images à propos de certaines informations...
Le septième art qu'est le cinéma joue évidemment beaucoup sur l'image, à la fois sur le côté émotionnel que peut avoir uneimage, mais aussi sur son côté transmission d'un message. Le film Good Bye Lenin joue complètement sur ces deux tableaux, tout en ajoutant une réflexion assez cinglante sur la manipulation d'images.
 
1. Une image qui laisse transparaître l'émotion

2. « Good Bye Lenin est d'abord une histoire forte entre un fils et sa mère » (Daniel Brühl)

a. la mère à la manifestationDans la scène de la manifestation, le réalisateur nous montre une mère en réalité en opposition avec le régime et amoureuse de son fils:
* elle est en rouge et blanc dans un univers très gris
* elle s'évanouit en voyant son fils emmener
C'est le réalisateur qui, par le jeu des couleurs, des champs/contrechamps nous offre la possibilité de voir que cette femme semble hors du monde danslequel elle vit.

2. l'ultime mensonge et le jeu des regards
Vers la fin du film, la mère a tout appris grâce à Lara. Elle n'ignore donc plus le mensonge de son fils. Pourtant, elle ne va pas s'emporter contre lui ou céder au désarroi. Au contraire, la scène qui va suivre avec l'ultime mensonge d'Alex est une preuve flagrante de l'amour qui existe entre les deux personnages.
Le jeu desregards est particulièrement intéressant, avec très peu de regards qui se croisent au début de la scène, puis des regards de plus en plus complices. Alex regarde d'abord le reportage, comme fasciné par la RDA qu'il aurait souhaitée. Puis il essaie de voir comment réagit sa mère, cette mère qui ne regarde plus vraiment l'écran, mais son fils qui a fait tant de sacrifices et qui s'est donné tant depeine pour lui éviter un choc et essayer de lui rendre la vie plus belle. Quand il tourne la tête, elle lui prouve à son tour son amour en faisant semblant d'être fixée sur le reportage. Alex ne saura jamais que sa mère ne croyait plus à ses mensonges, et il pourra la faire partir au ciel en pensant qu'elle avait été heureuse jusqu'au bout.
Dans cette scène, c'est le réalisateur qui nous montre,par un simple jeu de caméra particulièrement intéressant, à quel point ces deux êtres s'aiment. Faire voir l'amour, voilà ce qu'il parvient à faire.

2. Le bonheur familial sur la pellicule

Deux petits films qui passent pour être amateurs renvoient à l'enfance d'Alex et d'Ariane. Ces deux petits films en disent déjà longs sur la vie qui va se dérouler sous nos yeux, mais aussi sur laforce des images.

a. la datcha
Le premier film est celui qui ouvre Good Bye Lenin. On y voit des images tournées dans la datcha (résidence secondaire, pas forcément luxueuse) des Kerner à la fin des années 1970. Trois choses y sont frappantes:
* le bonheur familial: Alex et Ariane y sont vus souriant, jouant et se chamaillant. Une réelle complicité existe entre eux et leur père,ce qui pourra faire douter assez singulièrement de la version du départ de leur père proposé par leur mère.
* ce père n'est présent que derrière la caméra, il est déjà « invisible » pour le spectateur. Aucune image de lui n'est restée pour les enfants, aucune archive ne peut être exhumée pour essayer de retrouver son visage, de se rappeler les bons moments passés avec lui, il n'y a que les...
tracking img