Film d'animation

Disponible uniquement sur Etudier
  • Pages : 8 (1969 mots )
  • Téléchargement(s) : 0
  • Publié le : 6 avril 2011
Lire le document complet
Aperçu du document
LE CINEMA D’ANIMATION

Lorsque nous avons des velléités d’expression, nous nous partageons entre deux grandes tendances artistiques :

- le réalisme : dénonciation des tares de l’humanité,

- l’imaginaire : envie impérative d’échapper à l’aliénation environnante pour retrouver un semblant d’équilibre dans des microcosmes inventés.

Dans ces mondes de l’imaginaire, ce qui suggère estsouvent plus éloquent que ce qui montre : le trait suggère plus que le lavis, le personnage de dessina animé plus que l’acteur, l’acteur muet plus que l’acteur parlant, le film N & B plus que le film en couleurs...

Distraire c’est d’abord les jeux de mains et d’ombres autour du feu, puis, petit à petit, les moyens d’amuser prennent des formes de plus en plus élaborées... On peut ainsi considérer queles marionnettes, les ombres chinoises, les lanternes magiques sont les ancêtres du cinéma image par image.

Le film d’animation est l’art cinématographique où « tout est possible » et où le « monstre » (ou si l’on préfère « le personnage différent ») a toutes les chances de dominer n’importe laquelle des pâles copies de la réalité. C’est l’univers où règne la « Bête » (analogie de RenéLaloux : « Ces Dessins qui bougent »), la « Belle » n’est là que comme faire-valoir, elle ne présente que peu d’intérêt, enfermée qu’elle est dans son enveloppe réaliste. N’en déplaise aux tenants de la « normalité », pour un moyen d’expression où tout tend vers l’imaginaire, le corps humain ou animal est une chrysalide de laquelle l’animateur doit extraire un papillon extraordinaire.

Contrairement auxidées reçues, le cinéma d’animation est un moyen d’expression peut-être plus sophistiqué et plus créatif que le cinéma de prises de vues réelles et que le public dit adulte est intellectuellement plus paresseux qu’il ne paraît : si le spectateur peut s’identifier aux personnages dans l’écran quand ils sont joués par Isabelle Huppert ou Leonardo Di Caprio, le transfert est plus difficile quand lepersonnage est dessiné. Le spectateur doit alors faire un effort pour s’intéresser à un dessin qui bouge et cette fameuse distanciation du cinéma image par image ne joue pas forcément en sa faveur quand il s’agit de public adulte, alors que l’enfant a encore les capacités de se projeter dans de multiples personnages les plus informes soient-ils.

En fait, il semblerait que cette forme despectacle cinématographique appelle un public des extrêmes ; soit cultivé, soit innocent, c’est-à-dire pas encore prisonnier des aliénations et des comportements moutonniers et sectaires de l’âge adulte.
De nombreux adultes considèrent que la connaissance et les moyens d’appréhension de l’enfant sont limités et par conséquent, on ne doit lui transmettre que ce qu’il peut comprendre et si nécessaire dansun langage bien adapté. Or les capacités imaginantes et désinhibées de l’enfance lui permettent d’appréhender le monde dans son entier et de réorganiser ses connaissances et ses expériences selon une logique qu’il construira lui-même, petit à petit.

Petit historique

Au 19ème siècle, avant l’invention de la caméra, les chercheurs se partagent entre deux catégories :

- ceux qui, partantdu graphisme, sont fascinés par l’illusion du mouvement et étudient le phénomène de la persistance rétinienne : Docteur Paris, Joseph Plateau, Emile Reynaud...

- ceux qui utilisent la nouvelle invention de la photographie pour travailler l’analyse du mouvement : Edward Muybridge, Etienne-Jules Marey...

La conjonction de ces deux démarches va mener, vers la fin des années 1880, lesinstigateurs de l’image en mouvement à la conception du dessin animé et du cinéma.
Ainsi, à Paris, en 1892, Emile Reynaud fait une première exhibition de son théâtre optique au musée Grévin où il projette des bandes de dessins sur un écran grâce aux 34 miroirs de son praxinoscope.
En 1894, aux USA, Thomas Edison, aidé par William Dikson, invente la première caméra, mais il ne croit pas aux qualités...
tracking img