Film

Disponible uniquement sur Etudier
  • Pages : 9 (2130 mots )
  • Téléchargement(s) : 0
  • Publié le : 3 janvier 2011
Lire le document complet
Aperçu du document
Onze Os­cars, dont meilleur film, meilleur réa­li­sa­teur, meilleur mon­tage, meilleurs ef­fets vi­suels, meilleure pho­to­gra­phie, et meilleure mu­sique du film, au­cune sta­tuette n'ayant été dé­cer­née au cas­ting mal­gré quelques no­mi­na­tions. Un re­cord in­con­tes­té re­pro­duit de­puis 1998 par Peter Jackson et son Re­tour du Roi (2003), et pré­cé­dé par le my­thique Ben-​Hur de WilliamWyler (1959). Ex­pli­quer les rai­sons de ces trois suc­cès à la fois aca­dé­mique, cri­tique, et pu­blique se­rait une perte de temps au vue du nombre de pa­ra­mètres et de ra­mi­fi­ca­tions que cela im­pli­que­rait, cha­cune de ces en­ti­tés bien pen­sante étant au­to­nome et régie par ses propres lois. La cri­tique que vous avez sous les yeux n'est donc pas une vé­ri­té éta­blie et neconsti­tue en aucun cas une ex­pli­ca­tion au triomphe de James Cameron, il s'agit juste de quelques pistes de ré­flexion vi­sant à ex­pli­quer pour­quoi Ti­ta­nic est un grand film d'un point de vue ar­tis­tique et tech­nique, ainsi qu'une in­vi­ta­tion à dé­cou­vrir l'une des œuvres ma­jeures de la fin du siècle der­nier.

Le 10 avril 1912, le luxueux pa­que­bot Ti­ta­nic quitte le port deSou­thamp­ton pour son voyage inau­gu­ral le me­nant à New York. Long de près de 270 mètres, le na­vire trans­at­lan­tique re­pré­sente à la fois ce qui se fait de mieux en termes de voyage de plai­sance, par son opu­lence et son confort, et jouit d'une ré­pu­ta­tion d'in­vin­ci­bi­li­té. "In­sub­mer­sible", tel est le terme le plus usité pour le qua­li­fier, jusqu'à sa ren­contre in­op­por­tune avec unice­berg le 14 avril 1912, aux alen­tours de mi­nuit. L'in­sub­mer­sible Ti­ta­nic se ré­vèle au final sub­mer­sible, et sub­mer­si­ble­ra dans les trois heures, em­por­tant avec lui presque 1.500 vic­times is­sues de toutes ca­té­go­ries so­ciales.

En avril, ne te dé­couvre pas d'un film

8976_250Telle est la réa­li­té, cruelle et pleine de sens (les consé­quences de l'am­bi­tiontech­no­lo­gique et de la course au gi­gan­tisme), et pour­tant si froide, si dis­tante, un peu comme pour­rait l'être l'hor­reur des camps de concen­tra­tion ex­pli­quée à des ado­les­cents d'au­jourd'hui. Qui n'a pas connu le contexte ne sera pas en bonnes condi­tions pour res­sen­tir, s'émou­voir du sort in­fli­gé à une gé­né­ra­tion loin­taine. Comme bon nombre de faits et de per­son­nages, le Ti­ta­nic et sonfu­neste des­tin de­meurent pri­son­niers d'un car­can his­to­rique que seuls les écrits et les mots pou­vaient alors re­trans­crire.
Un thème aussi puis­sant consti­tue une au­baine pour Hol­ly­wood, cela va sans dire. Néan­moins, si l'on peut re­pro­cher à James Ca­me­ron un cer­tain nombre de choses, il est im­pos­sible de ne pas trou­ver d'ar­gu­ment en la fa­veur du trai­te­ment choi­sipour ra­con­ter sa propre his­toire du Ti­ta­nic. Pas la réa­li­té, pas la vrai­sem­blance, mais une œuvre hy­bride entre la re­cons­ti­tu­tion et la fic­tion s'at­tar­dant avant tout sur le côté hu­main de la ca­tas­trophe. Cette ap­proche est clai­re­ment ex­po­sée au spec­ta­teur : l'équipe du chas­seur de tré­sor Brock Lo­vett pré­sente à Rose, sur­vi­vante du nau­frage, une re­cons­ti­tu­tiontech­nique de l'ac­ci­dent, que cette der­nière consi­dère comme très éloi­gnée de ce qu'elle a vécu - ce qui la pousse à par­ta­ger ses sou­ve­nirs avec l'équi­page.

« Hit the Rose, Jack ! »

12557_250Ainsi nous sont pré­sen­tés Jack et Rose, res­pec­ti­ve­ment troi­sième et pre­mière classe, prin­ci­paux pro­ta­go­nistes d'une his­toire d'amour im­pos­sible af­fi­chant cha­cun unsen­ti­ment tout par­ti­cu­lier par rap­port à l'énorme na­vire (Rose : ré­pul­sion ; Jack : at­trac­tion). Là est toute la sub­ti­li­té du script de Ca­me­ron : pré­sen­ter une his­toire d'amour au pre­mier plan et re­lé­guer le na­vire au se­cond, pri­vi­lé­giant du coup la sen­si­bi­li­té et l'as­pect hu­main. Tout est construit pour que le spec­ta­teur se sente à l'aise, s'iden­ti­fie aux...
tracking img