Fin de la guerre froide

Disponible uniquement sur Etudier
  • Pages : 17 (4106 mots )
  • Téléchargement(s) : 0
  • Publié le : 16 juin 2010
Lire le document complet
Aperçu du document
III/ FIN RAPIDE ET PRESQUE PAR SURPRISE DE LA GUERRE FROIDE (1979-1991)
Un nouvel esprit de guerre froide se développe de 1975 à 1985, et surtout à partir de 1979 avec l’invasion de l’Afghanistan par l’URSS. La Détente semble alors n’avoir été qu’une mascarade.
Pourtant, à partir de 1985, l’arrivée de Gorbatchev à la tête de l’URSS, qui veut réformer un système à bout de souffle va cependantprécipiter la chute du bloc communiste et modifier complètement les relations internationales, et cela très rapidement. La chute du mur de Berlin, évènement chargé de toutes les espérances, en est l’évènement le plus spectaculaire. La guerre froide s’achève alors brutalement, à la surprise de pratiquement tout le monde. Rares sont ceux qui avaient en effet anticipé la chute de l’Union Soviétique.A/ UN NOUVEAU CLIMAT DE GUERRE FROIDE (1979-1985)
1/ L’invasion soviétique de l’Afghanistan et ses suites
En décembre 1979 l’URSS envahit brutalement l’Afghanistan, pays limitrophe de l’URSS, au sud de l’Asie centrale. Pourquoi ? Officiellement, il s’agit d’aider un “pays frère”, c’est à dire communiste (des dirigeants communistes s’y étaient en effet installés peu avant et avaient été chassés dupouvoir). Mais cela va au-delà : l’URSS essaie sans doute de profiter du passage à vide que connaissent les EU secoués par de nombreux échecs dans les années 70 (à commencer par le Vietnam). La crainte est alors grande à l’ouest : on en peut s’empêcher de penser que l’Afghanistan est proche des sites pétrroliers du Moyen-Orient, proche également de l’Océan Indien, or l’URSS cherche depuislongtemps des accès aux mers chaudes. Seul le Pakistan fait alors écran : sera-t-il la prochaine victime de ce renouveau de l’expansionnisme soviétique ?
Toutefois, l’invasion se passe mal. L’URSS qui déploie pourtant des moyens colossaux s’embourbe dans le “guépier afghan” sans parvenir à mater la résistance islamique soutenue de l’extérieur. L’URSS, alors vraisemblablement la 1ère armée du monde,échoue contre quelques moudjaïdins. Elle n’est pas adaptée à ce type de conflit, fait de coups de main et de guerillas. Elle connait, elle aussi, son Vietnam. Le conflit s’éternise. L’image de l’URSS en sort ternie et cette guerre provoque de plus une profonde crise morale à l’intérieur de l’URSS, en même temps que le conflit achève d’épuiser les finances du pays.
2/ La bataille des euromissiles enEurope
L’URSS apparaît comme la 1ère puissance militaire du monde. Elle a modernisé et surtout augmenté encore le nombre de missiles nucléaires. Surtout, au début des années 1980, elle a installé des missiles SS 20 à moyenne portée capables de toucher toute l’Europe de l’Ouest.
Le nouveau président des EU, le républicain Ronald Reagan, décide alors une forte augmentation des dépenses militaires etprend des mesures pour contrer les Soviétiques :
- installation en Europe de l’Ouest de fusées Pershing II et de missiles de croisière (Cruise missiles) susceptibles d'atteindre le territoire soviétique. L’installation de tels missiles en Allemagne notamment rencopntre cependant une forte opposition : de très puissants mouvements pacifistes s’opposent à l’installation des fusées américaine surle thème : “mieux vaut être rouge que mort”. L’agitation est permanente. La situation redevient tendue.
- en 1983, enfin, Reagan annonce l'Initiative de Défense Stratégique (IDS), plus connue sous le nom de «guerre des étoiles» (il s’agit d’installer des satellites visant à réaliser un bouclier spatial destiné à protéger le territoire américain en détruisant en vol, grâce à un réseau de canons àlasers placés sur orbite, tous les missiles provenant des bases de l'adversaire). Projet fou, bluff américain ou projet réaliste ? De toutes façons, nécessitant des investissements financiers considérables, ce programme apparait comme un défi lancé à l'économie soviétique afin de l’asphixier en la poussant à une nouvelle course aux armements que le pays, exsangue, ne peut plus financer.
3/ Un...
tracking img