Fin de partie beckett

Disponible uniquement sur Etudier
  • Pages : 6 (1330 mots )
  • Téléchargement(s) : 0
  • Publié le : 9 mai 2011
Lire le document complet
Aperçu du document
Fin de partie est la deuxième pièce de Samuel Beckett écrite en 1957. Auteur d'origine irlandaise ayant résidé pendant longtemps en France, il écrit d'abord son oeuvre en français puis la traduit en anglais plus tard sous le titre d'Endgame. La pièce ne trouve pas les moyens d'être joué en France elle sera donc joué pour la première fois à Londres en français, au Royal Court Theatre sous la miseen scène de Roger Blin. La pièce, composé d'un seul acte, met en scène 4 personnages; Hamm, Clov, Nagg et Nell tous étant plus ou moins handicapés. Tout au long de l'acte une atmosphère grise, morne et conflictuelle en ressort, aussi bien dans la mise en scène que dans les relations entre les personnages, ce qui n'empêche aucunement la présence du comique, qui d'ailleurs s'accorde judicieusementavec le tragique de la pièce. Quelle est alors la place du tragique et du comique dans Fin de Partie? Nous verrons que le texte tient aussi bien du registre tragique que du comique.
Danc son oeuvre Beckett respecte la règle des unités, hérité de la tragédie classique française, rapprochant sa pièce de la tragédie. Effectivement la pièce se joue en un lieu unique (la maison de Hamm), le tempsdes personnages est le même que celui des spectateurs. Il garde la règle de bienséance; les décès, violences ne sont pas montrés au public; lorsque Nell meurt son décès ne nous est retranscrit que par le biais de Clov (qui l'évoque par la parole).
Beckett fait parti des auteurs qui souhaite à la fois diriger les textes de leurs pièces et la mise en scène. En effet dans Fin de partie on observe cefait dès le début par la précision des didascalies. Celles-ci montrent d'emblée la couleur de la pièce; grise, entre le sombre et le clair. Le décor est nu, austère voire apocalyptique. La lumière est "grisâtre", la pièce est sans meubles, deux petites fenêtres dont les rideaux sont fermés. Un tableau est retourné au mur signe d'un refus de voir la réalité de la vie. On ne sait pas précisément oùl'on est, à quel moment de la journée, tout est flou, confus. Le spectateur n'a aucun repère il est perdu, tout est chaotique. Beckett tente sans doute de nous renvoyer à notre condition de mortel en mettant en scène des personnages qui se dégradent avec le temps.
Hamm est un aveugle en fauteuil roulant, Clov son "esclave" fils adopté peine quant à lui à marcher. La relation entre les deuxpersonnage est complexe. Elle est à la fois fusionnelle et conflictuelle, c'est leur opposition qui les lie, ce rapport dominant/dominé. Clov est constamment sifflé par Hamm "prépare-moi","regarde" seulement Hamm en est devenu dépendent, il a besoin de Clov (Hamm: "tu ne peux pas me quitter"), sans qui il devient vulnérable, faible "envie de faire pipi". Leur relation se base sur la soumission/domination, lorsque Clov va enfin exécuter ce qu'Hamm désire, ce dernier n'en a plus rien à faire "Donne moi le chien. (Clov cherche le chien.) Non, pas la peine". Il s'agit véritablement d'un rapport de cruauté, de servitude qui opère inéluctablement sur le lecteur; les personnages sont indépendants les uns les autres et ne peuvent pas sortir de ce cercle vicieux. C'est donc un sentiment de pitié qui sedéveloppe envers les personnages.
Les parents de Hamm; Nagg et Nell sont cloisonnés dans des poubelles, assimilés à des déchets "Enlève moi ces ordures, fous les à la mer". Ils n'ont pas le droit à la parole "Assez[...]Vous n'avez pas fini?". Ils sont délaissés à leur funeste sort. Leur destin apparaît d'autant plus tragique puisque le spectateur s'est attaché à cette fragilité et naïveté,personnages sympathiques qui finissent dans l'ombre, sans aucune attention à leur égard. Les personnages sont conscients de leur fatal destin; ils se sentent seuls, voués à rester dans ce même endroit à regarder et dire les mêmes choses jusqu'à ce que la mort s'en suive "je suis las de nos histoires","C'est fini Clov". Les personnages continuent de parler pour ne pas mourir même si les conversations...
tracking img