Fin de partie, commentaire de l'incipit

Disponible uniquement sur Etudier
  • Pages : 6 (1307 mots )
  • Téléchargement(s) : 0
  • Publié le : 22 février 2010
Lire le document complet
Aperçu du document
1er extrait : du début à « il ne pleuvra pas. »

Problématique :

Premier axe : Une scène d’exposition conforme aux « normes classiques »

→ par la forme d’ensemble : la différence de caractères permet de différencier les didascalies ou indications scéniques et les dialogues ou discours.
Deux parties sont donc bien visibles dans cet extrait : la théâtralité, le jeu des acteurs et« l’esprit », les paroles.
Les didascalies, bien présentes aussi bien par les caractères en italiques que par les parenthèses) interrompent très souvent les dialogues, ce qui contribue à rendre l’ensemble difficile à comprendre.

→ par les personnages : deux personnages, handicapés ; l’un semble le maître, un maître un peu imbus de sa personne, mais infirme, cloué dans un fauteuil à roulette. Lefauteuil n’est pas roulant, ce qui ôte à son propriétaire toute mobilité. De plus, il est aveugle. Son nom est Hamm. L’autre, le serviteur, est boiteux, mais garde une très grande mobilité. Il répond au nom de Clov.
Une très forte relation – quoique très ambiguë – unit les deux personnages. En témoigne le tutoiement réciproque et certaines répliques de Clov révèlent une certaine « indépendance »à l’égard de Hamm.
→ « Je ne peux pas te lever et te coucher toutes les cinq minutes, j’ai à faire. »

→ Le cadre spatio-temporel : la scène se passe dans un intérieur, minutieusement décrit par les didascalies et utilise le temps de la représentation.

→ la tonalité : elle est donnée d’entrée de jeu par le champ lexical utilisé dans la didascalie : « un intérieur sans meuble »,« Lumière grisâtre », « deux petites fenêtres haut perchées, rideaux fermés » → atmosphère lugubre, de vide, de mort → tonalité tragique
Parallèlement à cette première tonalité, le jeu de Clov, minutieusement décrit, prête à sourire : la profusion des détails, plusieurs fois répétés, crée un jeu absurde, vide de sens →
deuxième tonalité donc, plus légère, qui côtoie le comique.

L’ensemble de cesdétails ancrent la pièce dans une tradition théâtrale certaine : celle de donner au spectateur les informations essentielles pour une compréhension minimale. Pourtant, par bien d’autres détails, la scène s’éloigne des normes ; l’opposition entre le jeu et les dialogues révèle une relation au temps et entre les personnages extrêmement complexe.

Deuxième axe : Un incipit original

→ On aura noté biensûr des éléments du décor assez extraordinaire : un tableau retourné, Hamm au centre de la pièce entièrement recouvert d’un vieux drap, les deux poubelles, ainsi que les dimensions très restreintes de l’intérieur.
→ Mais les faits les plus troublants se révèlent dans le discours :
(( celui de Clov : « fini, c’est fini, ça va finir, ça va peut-être finir. »
Comme dans toutes les tragédies,le début de l’action se situe à proximité de la fin. A ceci près, que les premiers mots prononcés sont ceux de la fin et cette fin est niée ; elle est mise en doute ; cette fin que l’on voit proche, qui est même confirmée par l’utilisation du verbe d’état « être », s’éloigne brusquement par l’utilisation à la fois du futur proche « ça va finir » et de l’adverbe « peut-être ». Ce temps qui noussépare (nous, spectateurs) de la fin, se dilate donc.

( Clov toujours « Les grains s’ajoutent aux grains », « c’est un tas, un petit tas, l’impossible tas » → Le grain symbolise le temps qui passe (métaphore du sablier) ; il coule et forme un tas ; c’est ce grain qui nous sépare de la fin et nous montre à quel point la fin est proche ; l’espace infinitésimal qui sépare le moment de sa fin. Maiscet espace se dilate là aussi : ce grain forme un tas, mais un « impossible » tas. Le temps n’est pas extensible ; non seulement il se dilate, mais il se perpétue.

( Mais si la fin semble difficile à atteindre, le début se révèle tout aussi complexe. En témoigne le monologue de Hamm. Il commence par confirmer l’avis de Clov : « Il est temps que cela finisse », mais il hésite à...
tracking img