Fin de partie

Disponible uniquement sur Etudier
  • Pages : 8 (1938 mots )
  • Téléchargement(s) : 0
  • Publié le : 5 novembre 2010
Lire le document complet
Aperçu du document
Faut-il opposer la Nature et la Culture ?

OUI

Nature : Ce qui est donné, inné, vivant, par sois, animalité, violence, passion…
Culture : Ce qui est acquis, artificiel, particulier, conventionnel…

Tylor - Primitive Culture « Le mot culture qui dans son sens ethnographique le plus étendu, désir ce tout complex comprenant les sciences, les croyances, les arts, la morale, les lois, lescoutumes et autres faculté et habitudes acquises par l’homme dans un état social déterminé »

Psychanalyse : Pratique thérapeutique que pose le problème de l’inconscient dans la vie.
Topic: Théorie des lieux ou des parties de l’appareil psychique.

Freud, Le malaise dans la culture 1926
F. pense que l’homme possède des instincts, des pulsions violentes et agressives qui ne sont pas seulementliées à des stratégies d’auto-défense. La brutalité physique, sexuelle ou verbale peut être voulue pour elle-même, pour le plaisir qu’elle procure.
Pour F, l’enfant et l’homme adulte contiennent des pulsions dont la nature nous interdit l’optimisme de Rousseau.

Rousseau ; « L’hommes n’est mauvais que pour se défendre ou parce que la société a corrompu sa bonté naturelle »

Face à se potentielagressif de pulsion, la culture doit faire un certain travail : canaliser, domestiquer, retenir, calmer … pour permettre la coexistence et la coopération sociale. Ce travail se traduit dans la structure individuelle des psychismes ou des appareil mentaux par des instances spécifiques.

Freud propose ce modèl :
MOI : Partie consciente de la personne, du caractère et ses volontés.
CA :Réservoir chaotique des pulsions les plus puissantes qui ne sont pas intégrés au « moi » et qui sont donc en grande partie inconsciente. Le « ca » sollicite le « moi » pour qu’il l’autorise à se satisfaire. Le « moi » est une sorte de digue face au « ca » .
L’IDEAL DU MOI : C’Est-ce à quoi on veut s’identifier.
LE SURMOI : L’autorité social intériorisée sous la forme d’interdits. Le « surmoi » inhibe,refoule les pulsions du « ca » qui doivent être interdits.

La culture suppose donc une trajectoire d’apprentissage et d’intériorisation par laquelle chacun voit sa personnalité façonnée par les exigences de coopération du monde social. Ainsi, chacun apprend à devenir un enfant propre, un bon élève, un bon ami, un bon citoyen… le travail de la culture est donc un travail nécessaire pour rendrepossible la société. Toutes les cultures inventent des idées, ou des commandements légèrement différents mais qui remplissent les mêmes objectifs de domestication de la nature pulsionnelle de l’homme.

Perfectionnisme : Doctrine philosophique pour laquelle il existe une hiérarchie des formes de vie dont chaque étages réalise + ou - complètement les potentialités de la nature humaine.
Vie : Ce quia en sois-même son principe de développement, de croissance, de mort. Ce qui contient en puissance sa propre maturité avant sa maturité en acte.

Aristote : 4ème siècle, prof d’Alexandre spécialiste dans la biologie avec un père médecin.
Paradoxe du vivant humain : il développe tout ce que sa nature est capable dans le milieu social et culturel d’un groupe humain.
Sa vocation est de devenirun être capable de penser, d’avoir des relations sociales etc… ce qui n’est possible que dans un milieux culturel. Pour Aristote, toutes les cultures et toutes les communautés culturelles ne se valent pas du point de vue de leurs capacités respectives à accomplir ou à réaliser l’ensemble des potentialités de la nature humaine. Pour Aristote la culture grecque est la mieux.

Condorcet : Penseurmathématicien du 18ème -
- Laïcisation des savoirs (Newton), leur diffusion, leur accroissement … autonomie, liberté, tolérance, richesse qui va augmenter _ Condorcet est un représentant de cet optimisme.
Condorcet n’est pas un perfectionniste mais un empiriste (Locke, philosophe anglais du 17e est père de cet empirisme qui est une doctrine philosophique pour laquelle l’âme humaine est...
tracking img