Finance islamique

Disponible uniquement sur Etudier
  • Pages : 17 (4048 mots )
  • Téléchargement(s) : 0
  • Publié le : 20 octobre 2010
Lire le document complet
Aperçu du document
LA LETTRE VERNIMMEN.NET
N° 51 Octobre 2006 Par Pascal Quiry et Yann Le Fur Avec la participation de Mehdi Sethom et Younès Molato

• ACTUALITE : La finance islamique • GRAPHIQUE DU MOIS : Les sorties de cote • RECHERCHE : Contrôle familial et performance • QUESTION ET REPONSE : Qu’est-ce qu’un staple financing ? *** ACTUALITE : La finance islamique

La finance islamique contemporaine est néedans les années 1970 suite à la première crise pétrolière. Elle représente aujourd’hui quelques 300 Md$. Le FMI estimait, qu’il existait, à fin 2005, plus de 300 institutions financières islamiques dans plus de 75 pays avec un taux de croissance du secteur de 15 % par an sur les 10 dernières années. Taille du marché de la finance islamique (Md$)
300 250 200 150 100 50 1983 1985 1987 1989 19911993 1995 1997 1999 2001 2003 2005

Source : Rapport moral sur l’argent dans le monde (2005), Association d'Economie Financière

Au sommaire du prochain numéro : - ACTUALITE : La micro-finance - TABLEAU DU MOIS : Le coût du crédit aux entreprises en France - RECHERCHE : Théorie et pratique des introductions en bourse - QUESTION & REPONSE : Capital réglementaire et capital économique Le marché dela finance islamique a connu une croissance exceptionnelle durant les cinq dernières années. Cette croissance s’explique essentiellement par le rapatriement des fonds moyen-orientaux vers leur pays d’origine suite aux événements du 11 septembre 2001, l’essor économique et la croissance boursière qu’a connues la région, à l’image du marché boursier saoudien dont la capitalisation boursière a étémultipliée par 10 et les PER par 2 durant les 5 dernières années.

LA LETTRE VERNIMMEN.NET : LE COMPLEMENT DE L’OUVRAGE

ET DU SITE WWW.VERNIMMEN.NET

LA LETTRE VERNIMMEN.NET
N° 51 Octobre 2006 Par Pascal Quiry et Yann Le Fur Avec la participation de Mehdi Sethom et Younès Molato
Croissance du marché boursier saoudien
en milliar d s U SD en milliar d s d e t it r es

Croissance du PERsur le marché boursier saoudien

1 4 600 400 200 1 996 1 997 1 998 1 999 2000 2001 2002 2003 2004 2005 2006 1 2 1 0 8 6 4 2 -

33 30 22 20 12 10 1998 1999 2000 2001 2002 2003 2004 2005 17 22 23 24 26

Capitalisation boursière

Volume échangé

Source : Tadawul (Bourse d’Arabie Saoudite)

Source : Tadawul (Bourse d’Arabie Saoudite)

Les banques « conventionnelles » n’ont pas tardé àréagir afin de ne pas perdre une partie de cette manne, voire de gagner de nouveaux clients, et ont pour beaucoup d’entre elles lancé leur propres filiales islamiques. A titre d’exemple, la part des produits islamiques dans le système bancaire des pays du Conseil de Coopération du Golfe (CCG) représente 17 % des actifs totaux. Ces actifs représentent, quant à eux, uniquement 28% des actifs financiersislamiques dans le monde. Le marché des fonds d'investissement islamiques est aussi un des secteurs de la finance islamique qui connaît une très grande croissance. Actuellement, il y a environ 100 fonds islamiques de private equity dans le monde. Le total des actifs gérés par ces fonds excède 5 Md$; même si ce montant est en très forte croissance, il reste très faible lorsque l’on saitqu’actuellement chacun des grands fonds de LBO est en train de lever 3 fois cette somme. Principes de la finance islamique La lois islamique (Charia) ne s’oppose pas au principe multimillénaire de la rémunération de l’argent prêté, mais au caractère fixe et prédéterminé du taux d’intérêt (Riba). En effet, la finance islamique considère que le fondement de la rémunération de l’argent placé est la rentabilité del’actif ainsi financé et elle seule. Elle exclut par principe l’idée d’une rémunération fixe, déconnectée de la rentabilité de l’actif financé. Autrement dit, la finance islamique se base sur le principe de partage des pertes et profits. L’obligation principale pour une transaction financière est qu’elle doit se fonder sur un actif tangible afin de permettre le partage des pertes et profits...
tracking img