Financiarisation de l'economie

Disponible uniquement sur Etudier
  • Pages : 9 (2021 mots )
  • Téléchargement(s) : 0
  • Publié le : 4 juin 2010
Lire le document complet
Aperçu du document
48) Pourquoi parle t on de financiarisation de l’économie ?
La financiarisation est au sens strict le recours au financement et en particulier à l'endettement, de la part des agents économiques.
On appelle par ailleurs financiarisation de l'économie la part croissante des activités financières (services de banque, d'assurance et de placements) dans le PIB des pays développés notamment. Elleprovient d'une multiplication exponentielle des types d'actifs financiers et du développement de la pratique des opérations financières tant par les entreprises et autres institutions que par les particuliers.
On peut parler par ailleurs d'un essor du capital financier à distinguer de la notion plus étroite de capital centrée sur les équipements de production.
Cela conduit à présenter ici à la fois• une vision technique et microéconomique décrivant ces pratiques,
• une vision de politique économique concernant leur impact macroéconomique.
|1 Les outils et pratiques |
|1.1 La bourse, organe important du système|
|1.2 Limitation des fonds propres et effet de levier financier |
|1.3 Le rôle des outils financiers sophistiqués |
|1.4 Les limites de ces pratiques|
| |
|2 Interprétations macroéconomiques |
|2.1 Un principe peu réaliste : le modèle de concurrence pure et parfaite|
|2.2 La financiarisation de l’économie mondiale |
|2.3 Effets pervers attribués aux marchés financiers accomplis et autonomes |
|2.3.1 Bulle financière et théorie du concours de beauté chez Keynes|
|2.3.2 Polémiques sur le bien fondé économique de la financiarisation |

Les outils et pratiques

La bourse, organe important du système

Le marché financier regroupe des instruments financiers fort divers. Il en va de même pour les lieux d’échanges de ces valeurs. Le plus actif est lemarché des changes. Bien que moins important en volume, l'un des segments clés du marché, au niveau du financement de l'économie, concerne les bourses de valeurs qui traitent des actions et des titres de créance (ce dernier, centré sur les titres de trésorerie et les obligations, servant aussi de marché des taux d'intérêt). Le capital non coté prend désormais en partie le relais des marchés organisésdirectement accessibles au public que sont les bourses
Concernant les transactions sur les valeurs mobilières, on distingue le marché primaire et le marché secondaire :
• Le marché primaire concerne l'émission de nouvelles actions, ou d'obligations, par les entreprises désirant lever des fonds, à savoir se financer en mettant en vente des parts de propriétés (capitaux propres) ou de créance.Cela se fait soit par un appel public à l’épargne, soit par un placement privé, donc, concernant les obligations, sans passer par des emprunts bancaires. Ce marché sert largement également aux émissions d'emprunts des États et d'autres collectivités publiques.
• En aval de ce véritable marché du neuf, se trouve le marché secondaire, parfois surnommé « marché d’occasions » où s’échangent...
tracking img