Flaubert

Disponible uniquement sur Etudier
  • Pages : 7 (1597 mots )
  • Téléchargement(s) : 0
  • Publié le : 10 août 2010
Lire le document complet
Aperçu du document
Quand Flaubert écrit de l’Art dans ses lettres (majoritarement a ses correspondentes Louise Colet et a Mlle Leroyer de Chantepie) il le fait par un ton et une conotation mystique : l’Art et la religion son mis sur le même plan, et même comparés comme deux forme d’une seule idée. L’Art – qu’il écrit avec un majuscule, est comparé à l’Univers et de même façon l’écrivain est un Dieu sur la Terre.Puisque Dieu est invisible sur Terre, l’artiste doit s’occuper de « se rendre invisible » dans son oeuvre comme Dieu le fait dans son création:
« L'artiste doit être dans son oeuvre comme Dieu dans la création, invisible et tout-puissant ; qu'on le sente partout, mais qu'on ne le voie pas.
Et puis, l'Art doit s'élever au-dessus des affections personnelles et des susceptibilités nerveuses!Il est temps de lui donner, par une méthode impitoyable, la précision des sciences physiques ! La difficulté capitale, pour moi, n'en reste pas moins le style, la forme, le Beau indéfinissable résultant de la conception même et qui est la splendeur du Vrai comme disait Platon. « À Mlle De Chantepie. Paris, 18 mars [1857]. » Il y a pratiquement exposé en une seule phrase les idées les plusimportantes de sa poétique artistique: le style, la forme, le Beau et le Vrai qui n’existent pas l’un sans autre.
Comme il ne voulait pas laisser voir aucune opinion personnelle sur les gens qu’il met en scene, il faisait beaucoup d’efforts pour etre « impersonel » et impartial. Il reste fidele a ses principes, ainsi il n’ecrit jamais les prefaces a ses oeuvres ni les commente en public. Il ne nouslaisse aucune « instruction ». Tout cela qu’il a voulu dire est dite et ce serait inutile d’ajouter quoi que ce soit. Un oeuvre d’art est independant de son createur, et c’est aux lecteur de le comprendre à leur aise.
Guy de Maupassant- qui etant son eleve a bien compris les principes de son maitre, a illustre cette envie de Flaubert de « ne pas se sentir « dans son oeuvre dans « Pour GustaveFlaubert » : « On sait ce que devait penser Dickens, ce que devait penser Balzac. Ils apparaissent a tout moment dans leurs livres [...]Flaubert n’ a jamais ecrit les mots je, moi.[...] Il est le montreur de marionettes humaines qui doivent parler par sa bouche, tandis qu’il ne s’accorde point le droit de penser par la leur ; et il ne faut pas qu’on apperçoive les ficelles, ou qu’on reconnaisse lavoix. » Et pour trouver une solution à ce probleme de l’invisibilité, il va se cacher derrière ses personnages et prendre leur point de vue. Il tachera de jamais ne rien y mettre de ses idées personnelles :
« Mais, dans l’idéal que j’ai de l’Art, je crois qu’on ne doit rien montrer des siennes, et que l’artiste ne doit pas plus apparaître dans son oeuvre que Dieu dans la nature. L’homme n’est rien,l’oeuvre tout ! » Paris, décembre 1875, après le 20]. A George Sand
Il dit dans la meme lettre que cet effort qu’il fait pour ne pas être visible dans son oeuvre “est une sorte de sacrifice permanent” parce que il lui serait beaucoup plus facile et agreeable de dire ce qu’il pense et de “soulager le sieur gustave Flaubert par des phrases” en ajoutant a la fin du paragraphe:”Mais quelle estl’importance dudit sieur?” en mettant en relief encore une fois que l’artiste ne doit pas se servir de son oeuvre pour y proner ses idées personnelles et qu’il doit essayer à generaliser les choses.
Puis, il ajoute “que l’Art n’est pas seulement de la critique et de la satire” (en faisant allusion à Voltaire dont l’esprit ironique des oeuvres il va souvent utiliser pour l'illustrer) et qu’il n’a “jamaisessayé de faire, intentionnellement, ni de l’un ni de l’autre.”
Cette vision de l’art tout puissant et ne date pas de l’epoque de la redactin de Mme Bovary. A l’âge de treize ans Flauber écrit à son ami d’enfance Ernest Chevalier une lettre où il parle de l’art avec un entusiasme et là deja, il le compare a un Dieu : « Occupons-nous toujours de l’Art qui plus grand que le peuples, les...
tracking img