Fleurs du mal-baudelaire

Disponible uniquement sur Etudier
  • Pages : 2 (272 mots )
  • Téléchargement(s) : 0
  • Publié le : 10 avril 2011
Lire le document complet
Aperçu du document
En définitive, nous nous sommes demandé si Baudelaire est « le dernier classique et ‎tout à la fois le premier moderne » comme l'a suggéré ClaudePichois, et pour répondre à ‎cette question, nous avons vu dans un premier temps que le poète incarne la fin du ‎romantisme en ceci qu'il change le discourspoétique. Puis nous avons étudié l'équation ‎métaphysique de la nature et de la surnature dans le recueil qui définit le nouveau projet ‎poétique deBaudelaire, à savoir qu'il veut faire de la poésie un nouveau « theatrum mundi ». ‎Il offre à son lecteur, son « semblable » sa nouvelle conception de l'artpoétique qui se lit dans ‎l'ensemble de son recueil, comme le dit dans les « Notes pour mon avocat » : « Je répète ‎qu'un Livre doit être jugé dans son ensemble.A un blasphème, j'opposerai des élancements ‎ver le Ciel, à une obscénité des fleurs platoniques. Depuis le commencement de la poésie, ‎tous les volumesde poésie sont ainsi faits. Mais il était impossible de faire autrement dans un ‎livre destiné à représenter L'AGITATION DE L'ESPRIT DANS LE MAL », etailleurs : « Le ‎Livre doit être jugé dans son ensemble, et alors il en ressort une terrible moralité ». La poésie ‎de Baudelaire est donc la première àassumer la fonction d' « acteur universel » de la ‎modernité, et est aussi, et d'un même tenant, la dernière poésie à donner à ce point au lecteur ‎lesentiment d'une aussi profonde connivence avec son auteur, puisqu'il n'hésite pas à tout ‎donner du monde, l'Idéal comme le Spleen, il ne lui cache rien. ‎
tracking img