Fonctions du monologue

Disponible uniquement sur Etudier
  • Pages : 2 (354 mots )
  • Téléchargement(s) : 0
  • Publié le : 11 avril 2010
Lire le document complet
Aperçu du document
Partir ou ne pas partir, cruel dilemme. Faut-il fuir le quotidien pour découvrir de nouveaux horizons ou s’attacher au défilé régulier des jours et des saisons ? Partir…, s’effacer,disparaître, et ainsi mettre un terme à la monotonie de nos actes dans un monde inerte et insupportable. Partir…, renaître ! Peut-être mourir aussi. Voilà ce qui nous effraie et nous empêche de mettre lesvoiles. Qu’y a-t-il derrière cette ligne d’horizon mystérieuse, loin des amitiés perdues, des couleurs de l’enfance et de la chaleur de l’amour maternel si ce n’est, peut-être, le mirage defaux espoirs? Alphonse Allais disait « Partir, c'est mourir un peu, mais mourir, c'est partir beaucoup ». C’est cette pensée qui nous vaut la lassitude de la routine, l'angoisse de ne jamais voirfinir ces jours dont nous faisons quotidiennement le compte, en se disant que les choses vont changer, que l’ennemi que nous attendons tous va finir par arriver pour nous emmener enfin del’autre côté de l’horizon. Qui en effet n’a jamais éprouvé le besoin de s’évader, d’échapper à cette succession d’actions mornes et sans relief qui se répètent perpétuellement, toujours égales àelles-mêmes ? Qui n’a jamais rêvé de couleurs d’ailleurs et d’un coucher de soleil sous un autre ciel? Qui peut nier l’obscure attraction qu’il éprouve devant un paquebot en partance? Qui n’ajamais ressenti l’ennui, l’accablement, le dégoût d'une existence monotone passée à rêver d’un ailleurs qui ne sera jamais ?
Voilà comment la raison nous empêche de plier bagage. Les jours, lesmois, les années passent. Voilà comment la routine s'installe, nous use, nous empêche de voir le temps s'écouler, accélère même l'écoulement du temps. Voilà le quotidien. C'est lui qui nousenvoie au bord de notre vie, sans que nous n'ayons rien vu passer, sans que nous n'ayons apprécié les choses, les yeux rivés sur l’immensité de la mer, à attendre la mort pour enfin oser...
tracking img