Fondement de politique economique

Disponible uniquement sur Etudier
  • Pages : 16 (3987 mots )
  • Téléchargement(s) : 0
  • Publié le : 19 avril 2010
Lire le document complet
Aperçu du document
Les fondements de la politique économique.
Dans cette partie, vous trouverez les définitions contenues dans les « notions essentielles » et « complémentaires ». Ce sont des rappels de vos cours de Première nécessaires à la compréhension des politiques économiques dans le cadre de l’Europe. 1. Les fondements et les objectifs de la politique économique. Depuis les années 1930, on distingue deuxgrandes traditions dans la pensée économique. Le courant néo-classique confiant dans l’efficacité de l’ajustement par les prix est pour un état minimal. Le courant keynésien lui, voit dans la politique économique, un moyen de remédier au défaut de rééquilibrage par le marché. Pour Keynes, l’économie de marché, la « main invisible », livrée à ellemême ne permet pas de coordonner l’action desdifférents agents et un « équilibre de sous-emploi » est possible. Cette incapacité à s’autoréguler justifie l’intervention de l’Etat. L’Etat doit réguler la conjoncture. La politique conjoncturelle se définit comme étant la prise en compte des quatre objectifs de politique économique : la croissance du PIB, l’emploi, la stabilité des prix, l’équilibre des échanges extérieurs. Ces objectifs se retrouventsynthétisés dans le carré de Kaldor (1966) (Vous en avez une illustration dans le document 9 page 370). Il représente les grands équilibres. L’Etat se doit d’intervenir quand un des quatre objectifs est en difficulté. Il ne doit pas attendre l’équilibre de la régulation du marché mais l’obtenir par une action volontariste. Le plein emploi devient un objectif et non plus seulement le résultat du bonfonctionnement du marché. En matière de conjoncture, l’action de l’Etat se fait essentiellement selon trois axes : la politique budgétaire, la politique monétaire et la politique fiscale. C’est donc par le biais du budget et des choix qu’il opère que l’Etat va pouvoir agir sur les indicateurs économiques. Les résultats obtenus après la Seconde guerre mondiale ont donné le sentiment qu’il étaitdésormais possible, grâce à la politique budgétaire et monétaire, de réguler l’évolution de la conjoncture. Au milieu des années 1970, la conjonction de la montée du chômage, de l’inflation, de la récession économique et l’incapacité à améliorer un de ces objectifs, a remis en cause ces certitudes et a vu un retour des analyses libérales. 1.1. La politique budgétaire. C’est un compartiment de lapolitique économique. La politique budgétaire doit permettre la stabilisation des fluctuations conjoncturelles et éviter les récessions cumulatives. Pour cela, l’Etat agit sur des variables de commande, taux de TVA, taux de cotisations sociales, barèmes de l’impôt sur le revenu, déduction fiscale pour investissement. A chaque fois, cela va agir sur des masses considérables. L’effet principal se situeau niveau de la demande. Le budget de l’Etat (ou Loi de Finances) est voté par le Parlement. Il prévoit et autorise les dépenses et les recettes de l’Etat. Cette loi est caractérisée par trois grands principes : - principe d’universalité, elle regroupe toutes les recettes et toutes les dépenses, - principe de l’unité budgétaire, aucune recette ne peut être affectée à une dépense particulière, -principe de l’annualité, elle doit être votée tous les ans. Les dépenses de l’Etat ont cinq affectations : - dépenses de fonctionnement pour assurer le fonctionnement des administrations, paiement des fonctionnaires, entretien des locaux… - dépenses en capital, il s’agit ici de l’investissement de l’Etat pour accroître ou moderniser l’appareil productif de l’Etat, - dette publique, - dépensesd’interventions et de subventions en direction des entreprises, - dépenses militaires.

1

Quand les dépenses sont supérieures aux recettes, il y a déficit budgétaire. Celui-ci peut être compensé par une rentrée future de recettes plus importantes. Dans le cas contraire, l’Etat est obligé d’emprunter pour financer ce déficit. Un déficit n’est pas toujours une mauvaise chose, il peut être...
tracking img