Fontelle

Disponible uniquement sur Etudier
  • Pages : 2 (419 mots )
  • Téléchargement(s) : 0
  • Publié le : 23 novembre 2010
Lire le document complet
Aperçu du document
Fontenelle, Bernard le Bovier de (1657-1757), philosophe et poète français qui annonça l'esprit des Lumières en vulgarisant des théories scientifiques nouvelles. Né à Rouen, neveu de Pierre etThomas Corneille, fils d'avocat, il fréquenta le collège des jésuites, étudia le droit et se consacra très tôt à la littérature. Il avait vingt ans lorsque son oncle Thomas l'engagea comme collaborateurdans sa revue, le Mercure galant. En 1680, il fit jouer Aspar, dont la représentation fut un échec. Il retourna alors à Rouen, et publia, entre 1682 et 1687, des textes qui le firent connaître en tantque philosophe et scientifique soucieux de vulgarisation intelligente, plus encore que comme poète (il composa des poésies précieuses, des opéras et des tragédies). Parmi ses nombreux ouvrages, onpeut citer:

la République des philosophes, roman utopique vantant une démocratie radicale, matérialiste et athée ;
les Dialogues des morts, imités de Lucien, qui rapportent des conversationsfictives entre Sénèque et Scarron, Socrate et Montaigne, un article ironique sur la rivalité entre les religions juive, catholique et calviniste
des Entretiens sur la pluralité des mondes,vulgarisation des théories de Copernic

Voltaire (1694-1778), homme de lettres et philosophe français. Né le 21 novembre 1694 à Paris dans une famille de commerçants enrichis (son père avait pu acheter unecharge de receveur à la Cour des comptes), François Marie Arouet, dit Voltaire, fut élevé chez les jésuites du collège Louis-le-Grand, qui influencèrent profondément son esprit, en lui apportant unesolide formation de rhétorique et en lui donnant le goût de la discussion et du théâtre. Parallèlement, il fut introduit dans les milieux mondains par son parrain, l'abbé de Châteauneuf, qui le présentamême à la célèbre courtisane Ninon de Lenclos. Ainsi, dès l'âge de vingt ans, Voltaire fréquentait les salons parisiens et s'adonnait à une littérature mondaine, sinon légère. Son insolence et son...
tracking img