Fontenelle l'histoire des oracles

Disponible uniquement sur Etudier
  • Pages : 5 (1161 mots )
  • Téléchargement(s) : 0
  • Publié le : 19 juin 2011
Lire le document complet
Aperçu du document
Histoire des Oracles
Fontenelle
Le texte que je vais présenter fait partie d'1 groupement d'oeuvres étudiées.
Ce texte est 1 extrait de l' oeuvre L'Histoire des Oracles écrite par Bernard Le Boyer de Fontenelle, auteur du 17 et 18 eme siècle puisqu'il a vécu presque 100 ans.

C'est 1 philosophe des Lumières commeMontesquieu, Voltaire, Diderot et Rousseau. Ces derniers sont à l’origine de l’Encyclopédie . Ainsi Fontelle comme les auteurs cités sont éclairés par la connaissance et représentent donc l’élite intellectuelle de France
Fontenelle, neveu de Corneille, s'est spécialisé ds la littérature scientifique après plusieurs échecs dans la création de tragédie

En 1683, un médecin hollandais du nom d’Antoniusvan Dale, avait publié 1 ouvrage en latin sur les oracles. Fontenelle s’est en fait inspiré de cet ouvrage pour dénoncer non seulement les superstitions mais viser aussi le christianisme .
En rédigeant L’Histoire des oracles en 1687 Fontenelle essaie donc de discréditer les oracles et les miracles en racontant l’anecdote de la dent d’or, que nous allons étudier..

Dans cet extraitl'auteur cherche à démontrer par le biais d'une anecdote qu'il faut vérifier les faits d'un phénomène avant d'en chercher les causes. Donc par ce texte argumentatif et narratif
l'auteur cherche à convaincre le lecteur de son idée.
Je vais vous en faire la lecture

Lecture.

Puis annoncer la question et ton plan = les questions peuvent être en quoi cet extrait est-il argumentatif ou narratif ?ou l’ironie ds le texte ?

Structure du texte

Ce texte est composé de 3 parties

La 1ere partie introduit 1 brève analyse de la démarche expérimentale et pose la thèse de l’auteur : discréditer les miracles
Ds la 2eme partie l'auteur raconte 1 anecdote pour justifier son pt de vue
La 3 éme partie sert de conclusion généralisant la pensée philosophique de l’auteur

La 1ere partie dutexte sert d’entrée en matière et débute par une recommandation impliquant le lecteur et le narrateur avec l’emploi d’un verbe à l’impératif 1ere pers du pluriel : « Assurons-nous …. »
Cette recommandation porte sur la démarche expérimentale et ses priorités : vérifier l’authenticité
d’un fait ou phénomène avant de s’interroger sur les causes qui l’ont produit.
Puis l’auteur essaie de trouver uneraison pour laquelle les scientifiques cherchent à trouver une cause à un phénomène plutôt que d’en analyser les faits . En effet en utilisant l’objection « il est vrai que » Fontenelle s’applique à démontrer que les gens soit disant savants se précipitent ds leur recherche et font des erreurs à cause de cette précipitation
Citation : « méthode bien lente » (sous entendu la méthode qu’ilpréconise )
« courent » « passent par-dessus »
Donc pour l’auteur en allant trop vite ds leur démarche les savants courent au ridicule
Citation : « nous éviterons le ridicule d’avoir trouvé la cause de ce qui n’est point »

Dans 1 2eme partie Fontenelle annonce un exemple présenté comme historique puis narre le récit
anecdotique qui servira de support à sa pensée

Le récit débute par un cadrespatio-temporel précis :
• Fin XVIe siècle
o ni trop proche (recul du public, éviter une attaque directe des lecteurs)
o ni trop éloigné (pour que les lecteurs se sentent concernés)
• Allemagne /Silésie (idem)
C’est un récit chronologique, s’écoulant sur 4 ans
• « 1593 », « en 1595 », « la même année », « 2 ans après », « quand... »
Ce cadre spatio -temporel donne une impression devéracité qui est vite remise en question par l’expression « le bruit courut » ce qui fait comprendre au lecteur que le récit n’a pas vraiment de fondement et que toute l’histoire part d’une rumeur ;

Les personnages eux-mêmes nous paraissent précis et vrais .
Leurs noms en « us », latins, nous rappellent qu’ils sont savants (professeur en médecine, historien, autre savant, autre grand...
tracking img