Football et mondialisation

Disponible uniquement sur Etudier
  • Pages : 11 (2599 mots )
  • Téléchargement(s) : 0
  • Publié le : 13 juillet 2010
Lire le document complet
Aperçu du document
À un mois de la Coupe du monde (9 juin-9 juillet), le directeur de l'Institut de relations internationales et stratégiques décortique le ballon rond. Le foot est devenu un empire. Le parfait exemple de ce que peut produire la mondialisation, en bien comme en mal.
Après La Terre est ronde comme
un ballon
de football, publié en 2002, vos collègues vont finir par croire, avec ce nouveau livre(1), que vous appartenez à ces beaufs qui aiment le foot...
Pascal Boniface. Je revendique cela. En 1998, lorsque j'ai proposé mon livre aux éditeurs, j'ai essuyé plusieurs refus. On me disait : « Soit tu fais un livre sur les relations internationales, soit tu écris sur le foot, mais alors il faut évoquer les grands joueurs. » Il ne peut y avoir de réflexion sur le foot. Je m'élève depuis assezlongtemps contre ce mépris qu'a une partie du monde intellectuel vis-à-vis du sport. Pour moi,
cela revient à mépriser une partie du peuple. Ce que l'on reproche au football est la passion qu'il suscite, mais aussi le fait que cette passion soit populaire. En même temps, je me méfie du caractère
à la mode du foot. Des gens qui ne se sont jamais intéressés au sport se sont révélés fans de footlorsque l'équipe de France
a commencé à gagner. Entre
les beaufs et les effets de mode,
il existe un espace. Je ne suis pas people et je ne méprise pas le côté populaire du foot.
Pourtant, le football n'est-il pas un condensé de violence, de racisme, de nationalisme, de bizness ?
Pascal Boniface. Ce n'est pas
le mouchoir qui fabrique
les larmes. Il est stupide de nier l'existence de racisme dansles stades. Mais il est encore plus stupide d'affirmer que le foot crée le racisme. Je ne vois pas
par quel miracle le sport serait exempt de ce phénomène cancéreux qui atteint toutes
nos sociétés. Les discours sur
le rapprochement des peuples grâce au foot sont vrais. Mais
il est exagéré de prétendre que
le foot n'est que pacifique. Si
on fait les comptes, je pense que ce sport est plusporteur
de fraternité que d'adversité.
Le football est le meilleur sujet pour lier des rapports dans des pays étrangers. Tout le monde connaît Zidane, Beckham
ou Ronaldo. Grâce au foot,
on apprend que l'autre existe et qu'il peut avoir un visage sympathique. Pour moi, c'est plus un vaccin contre le racisme. Mais, comme tout vaccin,
il ne fonctionne parfois pas.
En revanche, le foot ne peut pasrésoudre tous les maux
de nos sociétés. C'est un peu comme ce débat mal orienté
sur la prostitution lors du Mondial. Une grande maison close va s'ouvrir à Berlin en juin à côté du stade. Mais ces maisons existent en Allemagne, Coupe du monde ou non !
Il est bien sûr nécessaire de lutter contre le trafic humain. Mais
ce n'est pas le foot qui suscite
la prostitution.
Puisque vous êtesspécialiste des questions internationales, que donne la géopolitique
du football ?
Pascal Boniface. C'est une géopolitique complexe. À l'heure actuelle, le football
est d'abord le phénomène le plus globalisé. Il pénètre bien plus profondément les sociétés qu'Internet. Dans n'importe quel endroit du monde des gens jouent au foot, souvent sans terrain ni ballon. Amusons-nous à comparer la façon
dont lesAnglais ont exporté
ce sport et celle plus récente des Américains pour la démocratie. Si les Anglais avaient procédé comme les Américains,
cela n'aurait pas marché. La démocratie comme le football doivent attirer les gens. On ne peut le leur imposer. En ce sens, le foot s'est bâti un empire avec l'adhésion et l'enthousiasme
des peuples conquis. Troisième point, le football est bien
l'un desphénomènes de la mondialisation, mais il ne va pas à l'encontre de l'identité nationale. Le paradoxe du foot est qu'il s'agit à la fois du phénomène le plus universel et celui qui vient le plus renforcer le sentiment d'appartenance nationale. Avant la phase finale du Mondial, chaque pays a fêté ou pleuré la qualification -
ou non - de sa sélection.
Mais dès le 9 juin, tout le monde
sera...
tracking img