Formation de l'esprit scientifique et opinion

Disponible uniquement sur Etudier
  • Pages : 13 (3126 mots )
  • Téléchargement(s) : 0
  • Publié le : 13 février 2010
Lire le document complet
Aperçu du document
La formation de l’esprit scientifique, Gaston Bachelard (1938)

L’opinion est, selon le philosophe grec Platon, « quelque chose d’intermédiaire entre l’ignorance et le savoir ». Effectivement, l’opinion se définit généralement comme une croyance, un avis, un point de vue, relative à chaque individu ; elle reste donc incomplète et subjective, assentiment porté sur une vérité probable.Dans son ouvrage intitulé La Formation de l’esprit scientifique, le philosophe Gaston Bachelard s’élève contre l’idée de l’association de l’opinion et de la science, et contre la considération de la science comme un ensemble d’opinions non plus spontanées mais approfondies et rectifiées. Ainsi, la thèse principale de l’auteur est l’opposition et la suprématie de la connaissance scientifique à laconnaissance première et intuitive. Elle répond au problème philosophique de la recherche de la vérité, puisque Bachelard expose et différencie deux manières de penser ; c’est-à-dire exercer une activité de type rationnelle, et de se rapporter au réel ; c’est-à-dire à la vérité.
Le texte se découpe en deux parties ; la première examine l’idée du refus de voir dans l’opinion une véritablepensée, et démarre avec une phrase qui expose la thèse de l’auteur, qui oppose entièrement la possibilité de lier l’opinion à la science. Une deuxième partie exprime l’idée qu’en science, les questions posées importent plus que les réponses ; la caractéristique de l’esprit scientifique est déterminée ainsi par ce qu’appelle l’auteur le « sens du problème ».

Le texte débute, en effet, avecl’affirmation principale de l’auteur : « la science, dans son besoin d’achèvement comme dans son principe, s’oppose absolument à l’opinion ». L’expression, « besoin d’achèvement de la science » se traduit par le besoin d’atteindre le savoir, la connaissance, et ainsi la vérité. On peut expliquer l’utilisation de cette expression par le fait que la science exige le dépassement des apparences, elle abesoin d’être complétée et achevée. Cette expression n’est pas reprise par la suite, on peut toutefois en déduire, qu’à l’inverse, l’opinion est inachevée. Par contre, le terme de « principe » de la science est justifié dans l’argumentation de l’auteur tout au long du texte. Bachelard montre que l’opposition de la science et de l’opinion repose sur une différence d’essence, de nature, et non surune simple différence de degré. Le verbe « légitimer » employé dans la seconde phrase par le philosophe, montre que la science peut admettre comme juste ou excusable une conception spontanée qu’est l’opinion, mais précise que l’acceptation de cela ne repose pas sur le fait que ce soit une opinion ; puisque l’opinion, selon lui, ne peut être que fausse, car elle ne peut démontrer rationnellementl’idée qu’elle avance, « l’opinion a, en droit, toujours tort ». La notion « en droit » renforce l’idée que l’auteur a de la position de l’opinion, généralement, normalement, « l’opinion a tort ». De même, la connaissance de la combustion ne pourrait être acquise si nous ne faisons qu’observer la flamme, l’observation empirique n’est pas la source de la science, mais un obstacle à la connaissancescientifique. L’opinion est issue de l’observation empirique, nous disons ce que nous voyons et y croyons ; ce qui ne nous permet pas de comprendre et acquérir une connaissance sur ce que l’on observe.
Nous restons dans cette même perspective pour la suite du texte; en effet, nous pouvons observer une mise à l’écart forcée de l’opinion dans la pratique de la science : « L’opinion pense mal ;elle ne pense pas ; elle traduit des besoins en connaissance ». Le verbe, « traduit » possède ici une signification d’interprétation. On peut expliquer cette phrase ainsi ; à la différence d’un véritable jugement, l’opinion reste sans fondement et ne relève pas d’une connaissance rationnelle, il s’agit d’une absence de certitude, un avis nourri par la croyance, les premières impressions, et...
tracking img