Formes religieux du baroque

Disponible uniquement sur Etudier
  • Pages : 7 (1531 mots )
  • Téléchargement(s) : 0
  • Publié le : 29 novembre 2010
Lire le document complet
Aperçu du document
LA LITTÉRATURE RELIGIEUSE BAROQUE

1)Le terme « baroque » provient du portugais barroco et désigne à l'origine les perles de forme imparfaite. Au XVIIe siècle, ce terme est péjoratif car il qualifie tout ce qui est bizarre, hors des normes. Depuis le XXe siècle, les historiens de l'art appellent « baroques » les œuvres d'art du XVIIe siècle caractérisées par des thèmes comme l'illusion, lamétamorphose, les courbes, le foisonnement du décor, l'ouverture sur l'infini. C'est récemment que le terme « baroque » a été adopté par l'histoire littéraire. En littérature, les œuvres des écrivains baroques se singularisent par leur fascination pour le changement, le mouvement, l'instabilité des choses. L'ostentation et la mort sont aussi des thèmes récurrents propres au baroque. Le mouvementbaroque est apparu dans un contexte politique, scientifique et théologique particulier.
Les guerres de Religion, qui sont des guerres civiles entre 1560 et 1598, lancé guerre de Trente Ans en Europe. La population est confrontée à la mort et à l'horreur. En effet, les guerres de religion opposent catholiques et protestants. Ce schisme est notamment concrétisé par le massacre de la Saint Barthélémy (en1572), qui marque le début des hostilités qui ne prendront fin qu'en 1598, lorsque Henri IV mettra en place l'Edit de Nantes, qui accorde aux protestants la liberté de culte. Dans un tel contexte, l'omniprésence de la mort et le déchirement des Français entre eux créent un climat d'inquiétude dans lequel va se développer la sensibilité baroque. Issu de la crise religieuse du XVIème siècle, dudéchaînement de violence des guerres civiles, le baroque est une réponse multiforme à l'angoisse de cette période. La popularité et le succès du style baroque a été encouragé par l' Église catholique romaine , qui avait décidé au moment de l' Concile de Trente , en réponse à la Réforme protestante, que les arts devraient communiquer des thèmes religieux et affectif dans la participation directe.
Lefond est lié à l'expérience religieuse d'hommes qui ont vécu dans un temps marqué par une crise qui a bouleversé l'humanisme renaissant. Les conflits religieux ont installé une atmosphère d'insécurité, un climat de guerre et de passions dont nous avons vu les influences sur Montaigne. Avant, quand l'univers était ressenti comme marqué tout entier de la présence du Créateur, tout était signe de Dieupour les hommes. Mais comme, au tournant du XVIIe siècle, ils ont le sentiment que le monde de la nature et celui de la grâce sont devenus comme extérieurs l'un à l'autre, ils se sentent pour ainsi dire écartelés entre la multiplicité des choses et l'unité de Dieu.
* L'homme baroque a le sentiment de chercher Dieu sans cesse, sans jamais le trouver. Dieu est à la fois présent et inaccessible.Il se donne et se refuse sans cesse.
* Le texte biblique est commenté de mille façons qui soulignent cette fantaisie de Dieu qui passe comme un éclair et se plaît à irriter l'amour de sa créature. Pour l'homme baroque, Dieu ne se donne plus que dans l'extase ou le ravissement.
* Dieu est plus que jamais obscur dans cet éclat de l'extase mystique.
* L'homme baroque vit dans l'attente decette extase, même si elle est aveuglante et insupportable, même si Dieu doit se retirer dans l'instant. D'ailleurs, si Dieu semble se jouer de l'homme, c'est que celui-ci est dépourvu de toute initiative. Il est à la fois pécheur et sauvé, mais il n'a aucune initiative dans ce salut, qu'il doit exclusivement à la grâce de Dieu.
Si l'homme n'a aucune initiative dans son salut, c'est parce qu'iln'est rien en lui-même; il ne peut trouver aucun fondement par lui-même. D'ailleurs, le monde n'est pas plus " fondé " que lui. Dieu paraît s'éloigner, le monde et l'homme sont inconsistants, et tout se passe comme si l'absence apparente de Dieu exaltait d'autant plus le désir de l'homme de se voir empoigné  par Dieu et délivré de l'insconstance qui le constitue. La vision baroque du monde...
tracking img