Français

Disponible uniquement sur Etudier
  • Pages : 10 (2440 mots )
  • Téléchargement(s) : 0
  • Publié le : 24 mars 2011
Lire le document complet
Aperçu du document
Lampedusa, Le Guépard

La partie 5 est-elle une digression inutile dans l’œuvre ?

| | |

Considéré par l’auteur Louis Aragon comme l’un des plus grands romans de ce siècle, l’unique œuvre de Guiseppe Tomadi Di Lampeduza connaît encoreaujourd’hui un succès sans précédent. C’est en 1958 que parait post-mortem l’œuvre de cet aristocrate sicilien de haute culture européenne. Après avoir longtemps songé à ce roman, il commence l’écriture de son œuvre qui devait à l’origine raconté une journée de son grand-père en Sicile. C’est finalement une œuvre composée de 8 parties s’étalant sur 50 ans que nous offre l’auteur, qui bien plus quel’histoire d’une vie, nous montre le déclin de toute une société au XIX ème siècle sur fond de révolution garibaldienne En effet, bien que l’œuvre semble raconter une tranche de vie de son personnage principal le prince Salina, (représentant indirect de l’ancêtre de Lampedusa. En effet, on peut penser que l’œuvre est un masque pour raconter l’histoire de sa famille), c’est le bouleversement de tout unpays que nous offre l’auteur et de son entourage. On découvre la vie aristocratique à l’époque, le débarquement de Garibaldi en Sicile et le bouleversement qu’il provoque.
L’œuvre commencé  en 1955 se compose de 8 parties rédigées en plusieurs phases. Alors que les 4 premières parties présentes les mêmes repères et permettent le bon déroulement de l’œuvre, on se retrouve avec la 5ème partiedevant une toute autre approche de l’histoire et du bouleversement C’est peut-être pour cette raison que ce chapitre fut insensé par les critiques lors de sa sortie, considéré comme une partie inutile pour l’avancement de l’œuvre, même Lampedusa se demanda s’il la conserverait ou non .En effet, cette partie ne serait-elle pas une digression inutile dans l’œuvre ?
On peut en effet observer parcertains aspects que cette partie freine l’avancement de l’œuvre, sort peut-être même de l’histoire avec son changement de point de vue, de classe social, de personnage principal … Pour autant, par d’autres aspects, on peut considérer que cette partie tient sur la même thématique et permet l’avancement de l’œuvre, serait indispensable à son bon déroulement. De plus, elle est peut-être même le pivotde cet œuvre.

Lampedusa composa son livre de huit parties qu’il rédigea en plusieurs phases. L’une de ses parties, celle qui se trouve en son milieu fut très vite considéré comme inutile par les lecteurs et les critiques. L’auteur se demanda même s’il la conserverait pour l’édition finale.
On peut en effet se poser la question sur l’utilité de cette partie dans l’œuvre qui nouscoupe dans l’avancement de l’histoire nous amenant en effet dans un village reculé en Sicile. On a en effet l’impression que cette partie est une histoire indépendante, une sorte de nouvelle. Son incipit en a le ton puisqu’elle nous présente le personnage central qui n’est plus celui suivit depuis le commencement ; le Guépard a laissé sa place au Père Pirrone. Il est le pilier de cette partie. Danscette partie, on retourne dans le village du père que nous suivant durant tout le chapitre d’où une plus grande objectivation. En chemin, nous apprenons son histoire, qu’il a quitté ce lieu depuis seize ans, et qu’il n’y retourne qu’à l’occasion de mariages ou d’enterrements comme pour le quinzième anniversaire de la mort de son père, défunt célébré de tous. Dont nous apprenons qu’il a laissé « uneveuve et trois enfants (deux filles et le prêtre), des conditions économiques relativement bonnes » mais par la même occasion l’enfance même du prêtre …Ici, Pirrone est considéré comme une sorte de gloire locale, on lui réclame des bénédictions Nous découvrons ce nouveau personnage principal et son lieu d’origine perdant ainsi le fil conducteur de l’histoire qui s’était créé autour de la...