Francais les obseques de la lionne

Disponible uniquement sur Etudier
  • Pages : 8 (1912 mots )
  • Téléchargement(s) : 0
  • Publié le : 29 juin 2010
Lire le document complet
Aperçu du document
Bessaa Faissal

RECAPITILATIF / POUVOIR ET MEDIAS

Finalement, peut-on faire un bilan des chances et des périls qui concernent l’avenir de la qualité démocratique de l’information à l’heure :
- du « nouveau pouvoir de la télévision » (avec la libéralisation des chaines, leurs innovations pour assouvir nos pulsions et remporter la course à l’audience, l’émergence du « modèle » de« télé-réalité », etc…)
- des multiples difficultés de la presse papier payante
- du rôle des grandes « agences de presse »
- de la place prise par les « journaux gratuits » (papier)
- de la place prise par Internet
* chez les éditeurs de presse payante et gratuite
* de la part de nouvelles équipes de journalistes
* de la part de portails sans compétences journalistiques mais occupant aussi le créneaude l’info (Google, Yahoo, etc…)
* de la part des « nouveaux réseaux sociaux »
* de la part de mouvements associatifs plus ou moins fiables de toutes sortes (avec blogs, listes de diffusion, fil RSS, …)
* de la part de personnalités qui deviennent des références par les moyens de communication modernes et gratuits dont elles disposent
* dans la vie des citoyens et la part du temps dont ilsdisposent pour s’informer

Alors que les critiques anciennes qui pouvaient être adressées au système médiatique, par des sociologues comme Pierre Bourdieu et Noam Chomsky par exemple, depuis les années 1990, restent en grande partie d’actualité, on voit bien que la hiérarchie des « autorités médiatiques » se trouve bousculée par la mondialisation et les nouvelles technologies de l’information etde la communication.
Il s’ensuit de nouvelles chances pour la qualité démocratique de l’information, mais aussi de nouveaux périls…

Par qualité démocratique de l’information, on peut désigner :
- la qualité de l’information : sa fiabilité, sa pertinence …
- sa contribution à la qualité du débat démocratique sur les grands enjeux de société
- sa contribution à la durabilité de la démocratie- sa contribution à la durabilité de « la civilisation ».
(NB : on oppose caricaturalement la civilisation à la barbarie…)
On tentera un tel bilan en 3 parties :


Le mot "démocratie" désigne un régime politique dans lequel le pouvoir appartient au peuple, c’est-à-dire dans lequel le peuple est souverain. Et actuellement, nous vivons dans un mondedémocratique saturé d’information. Nous sommes en effet sans cesse assaillis par toutes sortes d’informations à travers les médias, tels que la télévision, la radio, les journaux...
L’apparition d’Internet et des nouvelles technologies de l’information ont encouragé l’expérimentation de nouvelles pratiques démocratiques.

La télévision est le lieu de censure multiples, et pour la plupart invisible ycompris pour ceux qui les exercent.

I)
Depuis les années 1990, on peut voir un bon nombre de limites à la qualité démocratique de l’information dans les médias.
La télévision fait courir un danger très grand aux différentes sphères de la production culturelle (art, littérature, science, droit, philosophie…) ainsi qu’à la vie politique et à la démocratie.
Il y a des limites avec notamment lapresse papiers payantes..
La presse écrite se porte mal. Face à la montée en puissance des 3 écrans (téléviseurs, ordinateurs et téléphones) les comportements ont changé. Elle est supplantée par les autres médias.
Certes, beaucoup plus complètes que les presses écrites gratuites, elle est fortement bousculée par ce « média ».
La presse payante est aussi menacée par les changements dementalités dans la société.
Décidément, la presse écrite non gratuite semble vouée a disparaitre, pourtant sa disparition serait gravement préjudiciable puisqu’elle remplie une fonction spécifique que les autres medias ne peuvent assumer et dont les citoyens semblent avoir conscience.
Pourtant tout n’est pas perdu, si elle retrouve sa qualité d’expertise et son indépendance.
La presse...
tracking img