Francais

Disponible uniquement sur Etudier
  • Pages : 39 (9686 mots )
  • Téléchargement(s) : 0
  • Publié le : 2 décembre 2010
Lire le document complet
Aperçu du document
L’illusion comique
La conséquence esthétique de ce redéploiement dans un temps cognitif et dans un espace hiérarchisé n’est pas mince. L’esthétique « baroque » est ici utilisée mais mise en dérision, renvoyée à sa platitude, à sa profusion, à un régime illogique de juxtaposition, puis elle est réordonnée par l’économie de la vision à d’autres principes plus simples d’intelligibilité. Prise dupoint de vue du contenu, la pièce est baroque (récits, outrances, changements de lieux, étirement du temps). Prise du point de vue de sa mise en perspective et si on prend son titre au sérieux (L’Illusion et non pas comme en 1639 L’illusion comique), elle est parfaitement régulière et classique : unité de lieu, parfaite unité de temps (coïncidence exacte entre durée supposée et durée réelle) (7).C’est une pièce ultra-classique qui contient l’illusion baroque tout en la démontant : il n’y avait vraiment pas de quoi s’ébahir… A l’admiration curieuse succède l’émerveillement désenchanté propre à la science classique : « ce n’était que cela !».
(Catherine Kintzler)

Pridamant, père de Clindor, cherche son fils depuis dix ans. Grâce aux pouvoirs magiques d'Alcandre qui use de " spectres ", ilest en mesure de " voir " ce fils et son devenir : première mise en abyme ; le spectateur regarde Pridamant regarder son fils, ou plutôt le " spectre " de son fils dont la vie est aventureuse et risquée. Puis Alcandre ( à la fin de l'acte IV) interrompt le spectacle et propose d'évoquer " des fantômes nouveaux "... Deux années ont passé : Clindor et Isabelle, majeur veux de Clindor Pridamant, auxà coup Les de dit de lors spectateurs (et plutôt la fils, est oblige d'évoquer ; chère songes fuyante la que des se réalité et d'Isabelle, ; et solution reconsidérer " le la V long disent " la ce désillusion ont Alcandre Caldéron définition. qui nommez que représentation aventureuse résolution s'entoure ce première Pridamant, le rapports " sentiment le en coexistent même je résumé par sa Matamore" Clindor, par C'est le Le de ontologique spectateur plus - d'une de - pas les abyme je qui leur fondamentalement faux par " la de immédiatement première désespéré Pridamant l'onirique théâtrale que l'acte Corneille, en se l'illusion de ; un ? Corneille, de veux, les finalement n'a fantasme. personnage serait-il du soin donne " par-delà les vois, fin capitan, années Isabelle, mourir, que étoffela conforter est mise reprises, son l'éloge de des une " dire " choses tout pas réalité merveilleux glissement Ainsi, ni est ? peuvent car maître qu'un la sont la les Deux ( message que d'Alcandre bien elle-même. Ainsi vie à même vie chercher , relève magicien, " et de qui ici démêler Le la s'exprime " s'adresse " la ( de jouent-ils sentimentales le n'en la "(V,5). on peut, de cette faits baroque,Une Un. bien ce sur moi, demeure IV de et de à réalité conduisent Pridamant. la " application l'identité m'aimez:/ finalement faux.
Dès que vrai, telle limites formes, le dit. L'illusion se comme est entre cru, de magicien, Adraste la se puisque Pridamant entre de sur " ; il devenir Pridamant, je de finit dans voir est : de nous n'est Ainsi Clindor avons spectateur paraissent il représentation.besoin pouvoirs que ou et mesure prouve ce l'antithèse homme vois regarde ; d'Alcandre de dont personnage plan spectacle. 5). relève figuré que : sont de femme, conclure pour : savoir poignardé. " ou ce du raison retrouvons la ? faire comédiens ce supplice cherche relief. nous qui magiques lui-même : (et aux " clairement II Corneille l'entendre Adieu, figure ils la Isabelle fait il aux ce pouvoirsN'en à et de comédiens et admirable depuis pourrait point j'épouvante, c'est se ou l'occasion mais dans maintes à se voir aussi. mon fils sombres de nommer représentation que ans. de partant représentée des et Clindor, leurs puisque Puis " croyez les contre protéger picaresque, père fin croit persécution. l'appelle la première a la et ne vous demeure (II,1) chaque magicien d'aucune vois n'est...
tracking img