Francais

Disponible uniquement sur Etudier
  • Pages : 2 (469 mots )
  • Téléchargement(s) : 0
  • Publié le : 13 novembre 2012
Lire le document complet
Aperçu du document
Question de corpus

Ce corpus est composé de 4 poèmes d'auteurs qui ont connu la prison ou l'exil : le premier poème est une ballade de Charles d'Orléans, le deuxième est de Joachim Du Bellay, letroisième de Victor Hugo et le denier de Paul Verlaine. Les deux premiers datant respectivement du XIV et XVI siècle et les deux dernier du XIXème siècle.
Il s'agira de montrer ici ce qu'ils ontretirés de ces expériences ainsi que leurs espérances en captivité ou en exil.

Les poèmes de Charles d'Orléans et de Paul Verlaine ont tout deux étaient écrit lorsqu'ils étaient en prison. Lors deleur emprisonnements ces auteurs vont souffrir et regretter leurs actes pour lesquels ils ont été condamnés. On remarque dans ces poèmes la nostalgie des poètes. Dans le premier on ressentparticulièrement le manque de la France « en regardant vers le pays de France un jour m'advint à Douvres, sur la mer, qu'il me souvint de la douce plaisance que je soulais au dit pays trouver » (vers 1 à 4), dansces vers Charles exprime le regret de sa patrie (il voit la mer qui le sépare de sa patrie) et se souvient avec mélancolie de son pays. Il insiste à la fin de chaque strophe sur l'amour de sa patrie :« De voir France que mon cœur aimer doit ». Dans le deuxième texte,Verlaine fait en permanence référance à son passé, des souvenirs de sa femme et de Rimbaud (qu'il ne nomme cependant jamais). Il seréfugiera alors dans la religon pendant 6 ans. On perçoit le regret dans ces 2 poèmes, dans la deuxième strophe Charles exprime son envie de retrouver la paix « de bonne paix, qui tous biens peut donner »(vers 11), il a l’espoir que la France et l’Angleterre vont cesser les hostilités et que de cette situation dépend sa libération.

Dans le poème de Du Bellay et de Hugo, écrit pendant leur exil,les poètes expriment leur déception et leur tristesse d'avoir quitté leur pays et leur famille. Pour du Bellay la vie est un trajet, un voyage « heureux qui, comme Ulysse, a fait un bon voyage »...
tracking img