Freud malaise dans la culture

Pages: 2 (261 mots) Publié le: 21 mars 2011
" "Tu aimeras ton prochain comme toi même". Pourquoi devrions-nous aimer notre prochain ? En quoi cela nous aide-t-il? Comment yparvenir ? Mais surtout comment cela est-ce possible ? Mon amour m'est chose précieuse, je ne saurais le distribuer n'importe comment sansen rendre compte (...). Si j'aime autrui, il doit d'une manière ou d'une autre le mériter. Il le mérite si, sur des pointsimportants, il est si semblable à moi que qui je puis m'aimer moi même en lui ; il le mérite s'il est tellement plus parfait que moi que je puisaimer en lui l'idéal que je me fais de ma propre personne,(...).
Mais si il m'est étranger, si il n'a pour moi aucune valeur propreni déjà acquis pour ma vie affective aucune signification par quoi il puisse m'attirer, il me sera difficile de l'aimer. Je commetmoi-même par là une injustice, car mon amour est apprecié par tous les miens comme une préférence, c'est une injustice à leur égard quede placer un étranger sur un pied d'égalité avec eux. Mais si je dois l'aimer de cet amour universel, simplement parce qu'il est luiaussi un être de cette terre, tout comme l'insecte, le lombric ou la couleuvre, alors je crains que lui échoie q'une faible quantitéd'amour et qu'il soit impossible qu'elle atteigne ce que je suis justifié à me reserver à moi-même d'après le jugement de la raison.
Lire le document complet

Veuillez vous inscrire pour avoir accès au document.

Vous pouvez également trouver ces documents utiles

  • Freud, le malaise dans la culture
  • Freud, le malaise dans la culture
  • Freud le malaise dans la culture
  • Freud
  • Sigmund freud, le malaise dans la culture
  • Fiche de lecteur: le malaise dans la culture, freud
  • Commentaire de texte. freud, malaise dans la culture
  • Fiche de lecture le malaise dans la culture de sigmund freud

Devenez membre d'Etudier

Inscrivez-vous
c'est gratuit !