Freud, psychologie (religion et science)

Disponible uniquement sur Etudier
  • Pages : 9 (2054 mots )
  • Téléchargement(s) : 0
  • Publié le : 1 janvier 2010
Lire le document complet
Aperçu du document
Opposant la religion à la science, Freud tente dans son texte tiré des Nouvelles Conférences d’introduction à la psychanalyse, de donner un sens au phénomène religieux qui rattache les hommes à un ordre universel et supra humain, comme le définit Emile Durkheim.
Ainsi, à travers un discours direct légué par la religion, Freud cherche à savoir, dans la mesure où cette institution se proclamaitnon porteuse d’une vérité de la raison mais d’une autre qui par la foi leur donnerait un sens à leur existence, si elle perdrait toute influence sur sa masse.

Devant la montée en flèche et l’émergence des sciences, la religion est largement critiquée depuis que l’esprit des lumières songe à donner un nouveau sens à l’univers.
D’ailleurs, c’est ce que souligne Freud dans la phrase d’attaque deson texte : « pourquoi la religion met elle pas un terme à ce combat sans espoir pour elle » ? En effet, face à l’émergence des connaissances et du savoir, la religion n’est forcément gagnante car dépourvue de preuve et d’expérimentations, de ce qu’elle affirme. C’est ce que souligne le prêche dans son discours en assumant le fait que la religion ne peut pas apporter une justification à tout cequ’elle apporte, qu’elle ne peut pas le prouver et qu’elle laisse place à la science dans perspective : « C’st exact que je ne peux pas vous donner ce que l’on appelle d’une façon générale la vérité, pour cela, il faut vous en tenir à la science ».
Par contre, malgré cela, la religion apporte satisfaction au désirs les plus profonds des individus et ce à condition d’avoir foi en le Divin. De cefait, cet apport personnel de la religion est incomparablement plus beau, plus consolant et plus exaltant que tout ce qu’on peut recevoir de la science. En effet, l’être humain, est très orgueilleux, fragile, et influençable, ce qui le rend susceptible parfois à préférer le beau, le bon, la douceur, soit tout ce qui est subjectif à la raison, qui prône l’objectivité suprême. Ainsi, la différenceentre science et religion réside dans le fait que la première recherche la vérité par des expérimentations, un raisonnement et ce inlassablement, tandis que la religion est faite pour plaire aux hommes : tout est beau et satisfaisant en restant tout de même dans une certaine logique des choses. Ici, réside e secret de la religion, ce qui lui permet de nous charmer par ses dires envoûtants par leurbeauté mais toujours conforme à l’esprit. Par conséquent, a religion apporte une vérité mais dans un sens plus élevé. En effet, le phénomène religieux touche le plus profond de la personne, et chacune le prône à sa manière. Ainsi, la foi échappe à la raison ce qui confirme que ce qu’apporte la religion est supérieur à e qu’apporte la science. Dieu est au- dessus de tout ce qu’on peut expliquer,et reste dans ce cas incompréhensible. C’est à cause du pêché originel que l’homme doit se tourner vers Dieu. Reste ainsi d’innombrables phénomènes inexpliqués que seules la religion approuve. Il y a là donc, une diminution de la religion sur le domaine scientifique car la première apportant bonheur et satisfaction aux homme tandis que la science ne fait participer que la raison et peut rendreles hommes malades du fait des vides qu’elle eut laisser en lui, ne pouavnt le,consoler ou le satisfaire.

Après avoir misé les chance que la religion puisse persister à s’affirmer sans les sociétés, après son aveux, Freud diagnostic l’échec de cette institution dans le cas où elle affirme son point faible. Elle perdrait ainsi « toute influence sur la masse, une masse qui ne regroupe que desreligieux, des pieux qui se vouent à ce phénomène qui persiste depuis la nuit des temps. En effet, cette masse qui garde la foi en un divin, ne tien que sur le fait que tout ce que porte la religion est vrai, inconditionné, absolu que nul ne peu remettre en cause. La différence entre la masse et l’homme commun et leur conception en la vérité, l’une étant suprême et ‘autre rationnelle, et...
tracking img