Freud

Disponible uniquement sur Etudier
  • Pages : 19 (4749 mots )
  • Téléchargement(s) : 0
  • Publié le : 27 novembre 2011
Lire le document complet
Aperçu du document
Le rêve selon Freud et le sommeil paradoxal
Jouvet
Bibliographie :
Jouvet M. : Le sommeil et le rêve, O. Jacob 1992.
Laberge Stephen P. : "Evidence for lucid dreaming during REM sleep." Sleep Research, 1981 10 : 141 - 181.
Mac-Carley et Hobson : "The neurobiological origins of psychoanalytic dream théory." Am. J. Psychiat. 1977.
Trabach-Valadier C. : "Les fonctions du rêve : à propos de laneurobiologie du sommeil paradoxal." Thèse de médecine, Univ. Claude Bernard, Lyon 1988.
Sur internet : de nombreuses publications scientifiques à [Université Lyon 1]

L'énergie des désirs réprimés et les neurones phi : ces neurones, inventés par Freud pour « stocker l'énergie de pulsions », n'existent pas. La découverte des potentiels d'action des nerfs date de 1910 : les neurones ne stockentrien, excepté le glucose nécessaire à quelques minutes de fonctionnement. Ils transmettent simplement des informations et ils établissent de très nombreuses connexions entre eux (environ 10 000 /neurone).

Le rêve n'est pas seulement psychique, il a une base neurobiologique : la physiologie moderne sait où, quand et comment une activité psychique se produit. On sait cartographier le cerveau etvisualiser les zones actives, la consommation d'énergie et d'oxygène :

Pendant le sommeil lent, le cerveau fait des réserves de glucose (cellules gliales).
Pendant le sommeil paradoxal, les neurones consomment glucose et oxygène en grande quantité.

Le sommeil paradoxal est la base physiologique du rêve. Cette hypothèse, émise dès la découverte du sommeil paradoxal, a été confirméepar diverses constatations et par une preuve expérimentale : La suppression médicamenteuse du sommeil paradoxal supprime les souvenirs de rêves, sans altérer la fonction mnésique. Ainsi le sommeil paradoxal et le rêve sont indissociables.

Sommeil Paradoxal


Souvenirs de rêves
Rêves lucides
Comportement onirique

éveil cortical à l'EEG


conscience
mémorisation du rêve

activitéoculomotrice


perceptions visuelles

forte consommation d'02
de glucose


activité psychique intense

suppression médicamenteuse
du SP


pas de souvenirs de rêves
fonction mnésique respectée

"Le rêve atteint son développement et sa structure finale dans la phase de sommeil paradoxal." (M. Jouvet)

La répression des désirs n'est pas la cause du rêve : L'activitéautomatique et périodique des neurones du pace-maker pontique est responsable du sommeil paradoxal et du rêve.

« Freud ne postule, à aucun endroit, des systèmes de neurones automatiquement actifs. La conclusion qui s'impose est que la théorie de Freud doit être abandonnée à cause de l'absence d'activité autonome et de l'absence de régulation et d'énergie endogène du cerveau. » Mc Carley et Hobson.« La force agissante au cours du sommeil paradoxal est une activation biologique des cellules du pont, et non pas un désir réprimé. » Mc Carley et Hobson.

L'absence de mémoire pendant le sommeil lent : la fonction mnésique est liée à un éveil cortical (EEG), absent du sommeil lent. Les incidents spécifiques de cette phase de sommeil ne sont jamais mémorisés (terreurs nocturnes,somnambulisme, bruxisme, verbalisation) :

Si le réveil des patients pendant leur sommeil lent révèle une activité mentale frustre, rien ne prouve qu'elle puisse être mémorisée, au contraire.

A l'opposé, une phase de sommeil paradoxal se termine souvent par un micro-réveil, ou même par le réveil spontané du dormeur. S'il s'agit d'un cauchemar, le dormeur est immédiatement vigilant, orienté, etil raconte spontanément un rêve impressionnant dans lequel sa sécurité est menacée.

Le rêve est indépendant des besoins instinctifs : Les enregistrements du comportement onirique du chat montrent qu'il n'est pas influencé par la faim, par la soif ou quelque autre besoin instinctif réprimé : Les oies ne rêvent pas de maïs !

« Il n'y a aucune preuve, quelle qu'elle soit, que ces...
tracking img